Les travaux de sécurité et d’aménagement du coeur de bourg vont commencer

Début des travaux : Lundi 6 décembre 2021

Les travaux commenceront ce 6 décembre pour 15 jours environ par la création d’un trottoir et le reprofilage de l’entrée de la RD211 au croisement avec la RD210. Puis se poursuivront à compter du 10 janvier, après une trêve des fêtes (du 18 décembre au 9 janvier), par la reprise des branchements eau sur la RD210.

Des déviations seront mises en place à compter de lundi 10 janvier (fermeture de la RD210, déviation poids lourds bien en amont de la commune, accès riverains, commerces, école, maison familiale, mairie, église, artisans… préservé

Fin prévisionnel des travaux : fin juin 2022

Maîtrise d’ouvrage : Conseil Départemental du Puy de Dôme et Mairie de Thuret par groupement de commande

Maîtrise d’oeuvre : entreprise EUROVIA

Emprise des travaux

  • la route départementale 210 (rue de La Limagne entre la place de la Marmite et la place Madeleine de Chazelles)
  • la route départementale 211 (rue des Dômes entre le carrefour avec la 210 et celui avec la place de l’Eglise)
  • avec la création d’un plateau surélevé sur la 211 sous le carrefour avec la rue des Roules
  • la place de l’Eglise, tout autour de l’église jusqu’aux entrées de la mairie ainsi que la rue

Objectif de ces travaux

  • faire baisser la vitesse des véhicules dans le bourg,
  • favoriser et sécuriser les déplacements doux,
  • favoriser et valoriser les accès aux commerces, école, maison familiale, église, mairie, tiers-lieu… notamment en réorganisant le stationnement, les cheminements…
  • mettre en valeur le patrimoine historique (l’église classée monument historique)
  • créer un coeur de bourg agréable et sûr, aux usages multiples et partagés, qui permettra l’implantation d’un marché

Type de travaux

  • la reprise de tous les branchements d’eau potable, actuellement en plomb
  • le chemisage complet de l’assainissement sur l’emprise des travaux pour le remettre en état de manière performante et durable
  • l’enfouissement de tous les réseaux aériens, dont la fibre
  • la création de trottoirs aux normes (1,40 m de marge) notamment le long de la 210
  • La création de quatre passages surélevés (croisement RD210 et 211, RD211 au carrefour avec les rues du Champ de l’Oie et de l’Eglise, sur la RD211 sous le croisement avec la rue des Roules, sur la RD210 au niveau du square Madeleine de Chazelles)
  • le changement de l’éclairage public pour des candélabres à LEDs, beaucoup plus économes et qui symboliseront le centre bourg par une lumière proche de la lumière du jour
  • la poursuite de la mise en valeur de l’église par un éclairage au sol côtés sud et ouest (le nord et l’ouest sont réalisés)
  • la suppression de tous les tilleuls malades (insectes ou porriture, creusement du tronc, fragilisation…) de la place et leur remplacement partiel avec des essences aux ramures étalées
  • la création de massifs de vivaces économes en eau
  • la végétalisation (herbe) autour de l’égise, côtés est et ouest
  • la création d’un stabilisé côté sud, respectant les découvertes archéologiques à fleur de sol
  • la réfection complète de la structure des deux départementales
  • La réfection complète de la rue de l’Eglise avec un revêtement grenaillé clair, idem à celui des trottoirs, passages piétons surélevés et parking, symbolisant la place des piétons et incitant l’automobiliste à la prudence
  • le remplacement des garde-corps, barrières…
  • la création d’un espace plus sécurisé devant l’école
  • la pose de bancs
  • la création de haies
  • la pose d’une signalétique adaptée

Les travaux sur les réseaux (eau, assainissement, électricité, téléphonie et internet) seront annoncés plusieurs semaines à l’avance.

Les riverains seront prévenus systématiquement au minimum 48 heures avant, mais souvent bien plus, de toute coupure d’eau, d’électricité… Ces coupures, d’une durée la plus courte possible et sous réserve d’éventuels problèmes techniques, seront optimisées notamment pour les commerces, en relation avec eux, pour les impacter le moins possible.

Les accès pour les riverains seront maintenus, dans le cadre de travaux très impactants. parfois suspendus quelques heures voire quelques jours à cause de tranchées au droit de l’entrée… Ils seront à chaque fois préalablement informés par l’entreprise de la limitation de leurs accès et de leur durée.

La sécurité des accès école et MFR sera assurée en continu tout au long des travaux. Notamment en programmant les travaux très impactants pendant les vacances scolaires d’hiver et de printemps.

Il sera interdit de stationner sur l’emprise des travaux et les rues adjacentes. Toutes les informations seront données aux moments voulus.

Une réunion ouverte au public riverain, avec l’entreprise le Conseil Départemental et la Mairie, aura lieu dans la phase de début des travaux de janvier pour présenter précisément les travaux, leurs phasages, les contraintes engendrées et pouvoir en discuter pour les atténuer au maximun.

L’état actuel :

Le prévisionnel

Ateliers du CLIC pour les plus de 60 ans

Le CLIC Riom Limagne Combrailles et ses partenaires proposent plusieurs activités en cette fin d’année. Veuillez trouver ci-dessous les places restantes :

Fabrication de bougies :

  • MENAT : lundi 29/11 14h30-16h30, Salle des Associations 1er étage de la Médiathèque : 2 places restantes
  • ST-GEORGES-DE-MONS : mardi 30/11 14h30-16h30, Espace Jean Blanc : 9 places restantes
  • ST-BONNET-PRES-RIOM : lundi 06/12 14h30-16h30, Salle Multifonctionnelle : 2 places restantes

COMPLET sur les autres communes.

Fabrication de savons :

  • FERNOEL : mardi 30/11 9h00-12h00, Salle des Associations à la Mairie : 10 places restantes
  • CHAPTUZAT : lundi 06/12 10h00-13h00, Salle du Conseil à la Mairie : 4 places restantes.

COMPLET sur les autres communes.

Tissage-couture :

  • RIOM : jeudi 02/12, mercredi 15/12, jeudi 16/12 9h30-12h00, au CLIC : 3 places restantes
  • VOLVIC : mardis 30/11, 07/12 14h00-16h30, Salle l’Eclatier : 10 places restantes

COMPLET sur les autres communes.

Golf à RIOM -14h00-16h00 :

  • Jeudi 02/12 : 2 places restantes
  • Jeudi 16/12 : 3 places restantes

COMPLET sur les autres dates.

A venir, fabrication d’origamis, à CHAPTUZAT et CONDAT-EN-COMBRAILLES : les dates seront communiquées ultérieurement.

PARTICIPATION GRATUITE / SUR INSCRIPTION auprès du CLIC au 04 73 33 17 64.

Ces actions, financées par la Conférence Départementale des Financeurs, sont organisées par le CLIC Réseau Seniors. Les intervenants sont tous des personnes qualifiées.

Balayage de rues à Thuret et Chassenet ce mercredi 24 novembre

Le balayage prévu il y a plusieurs semaines n’a pu avoir lieu.

Ce sera ce mercredi 24 novembre à partir de 6h du matin.

Le stationnement est interdit sur la rue de l’Eglise.

A THURET : 

  • Rue de la Limagne (RD 210) 
  • Rue Pré du Moulin (RD 12) 
  • Place de l’église (stationnement interdit par arrêté municipal)
  • Rue du Champ de l’Oie 
  • Rue de Malbourget (RD 107) 
  • Rue Croix des Rameaux 

 A CHASSENET : 

  • Rue du Général Baurot (RD 445) 
  • Rue des Peupliers 
  • Rue du Puy de Dôme 

Fermeture de la classe de CE1 de l’école publique Marcel Balny

La préfecture du Puy de Dôme, l’inspection académique, l’ARS et la caisse primaire d’assurance maladie ont décidé de la fermeture temporaire de la classe de CE1 à compter de ce lundi 22 novembre suite à un test positif au virus du covid d’un élève de la classe pour la durée de la période d’isolement nécessaire (en général 7 jours pleins) qui sera précisée dans l’arrêté de fermeture temporaire pris par la préfecture.

Toutes les règles sanitaires ont été scrupuleusement respectées dans l’école, et continuent de l’être, aussi bien pendant le temps scolaire qu’en périscolaire et restauration, dont le nettoyage quotidien de chacune des salles de classe, toilettes, espaces divers, salle de restauration, salles d’activités périscolaires… avec un virucide homologué, conformément au protocole sanitaire en vigueur.

RAPPELS

Source : https://www.education.gouv.fr/annee-scolaire-2021-2022-protocole-sanitaire-et-mesures-de-fonctionnement-324257

Les parents d’élèves jouent un rôle essentiel. Ils s’engagent à ne pas mettre leurs enfants à l’école ou à l’accueil de loisirs en cas de fièvre (38 °C ou plus) ou en cas d’apparition de symptômes évoquant la COVID-19 chez l’élève ou dans sa famille. De même, les élèves ayant été testés positivement au SARS-Cov2, ou dont un membre du foyer a été testé positivement, ou encore identifiés comme contact à risque ne doivent pas se rendre dans l’école ou l’établissement scolaire (sauf exceptions prévues par les autorités sanitaires pour les contacts à risque). Ils en informent le directeur de l’école et la directrice de l’ALSH.

Les personnels doivent s’appliquer les mêmes règles.

L’accès des accompagnateurs aux bâtiments scolaires doit se limiter au strict nécessaire et se faire après nettoyage et désinfection des mains. Le port du masque est requis selon les mêmes modalités que celles applicables aux personnels (gestes barrières).

A ce jour, 22 novembre 2021, la graduation covid est de niveau 2, jaune pour le département du Puy de Dôme.

Ce qui implique :

  • un accueil toujours en présentiel de tous les élèves
  • un respect à tout moment de la journée, aussi bien en temps scolaire que périscolaire y compris en salle de restauration, dans la cours… des groupes classes.
  • Les activités physiques et sportives se déroulent en principe à l’extérieur. Mais lorsque la pratique en intérieur est indispensable (intempéries, disponibilité des installations…) elle se fait dans le respect des règles de distanciation adaptées à l’activité, sans contacts.

L’application des gestes barrières

Les gestes barrières rappelés ci-après, doivent être appliqués en permanence, partout, et par tout le monde. Ce sont des mesures de prévention particulièrement efficaces contre la propagation du virus.

Le lavage des mains

Le lavage des mains est essentiel. Il consiste à laver à l’eau et au savon toutes les parties des mains pendant 30 secondes. Le séchage doit être soigneux si possible en utilisant une serviette en papier jetable. Les serviettes à usage collectif sont proscrites. À défaut, l’utilisation d’une solution hydroalcoolique peut être envisagée. Elle se fait sous l’étroite surveillance d’un adulte à l’école primaire. Le lavage des mains doit être réalisé, a minima :

  • à l’arrivée dans l’école ou l’établissement ;
  • avant et après chaque repas ;
  • avant et après les récréations ;
  • après être allé aux toilettes ;
  • le soir avant de rentrer chez soi ou dès l’arrivée au domicile.

Le lavage des mains aux lavabos peut se réaliser sans mesure de distance physique entre les élèves d’une même classe ou d’un même groupe.

Le lavage des mains à plusieurs reprises tout au long de la journée de l’enfant, avec des températures extérieures fraîches voire froides, peut provoquer, surtout en cas de séchage imparfait, des irritations qu’il convient de traiter selon les recommandations de votre médecin.

Le savon utilisé dans tous les espaces scolaires et un savon homologué, choisi pour sa faible agressivité, distribué par un mousseur pour en réduire la quantité.

L’aération et la ventilation des classes et autres locaux

L’aération fréquente des locaux est une des principales mesures collectives de réduction du risque de transmission du SARS-CoV-2. Les salles de classe ainsi que tous les autres locaux occupés pendant la journée sont aérés au moins 15 minutes le matin avant l’arrivée des élèves, pendant chaque récréation, pendant les intercours, au moment du déjeuner et pendant le nettoyage des locaux. Une aération d’au moins 5 minutes doit également avoir lieu toutes les heures. Lorsque le renouvellement de l’air est assuré par une ventilation, son bon fonctionnement doit être vérifié et son entretien régulier doit être réalisé (ce n’est actuellement le cas que pour la salle de restauration).

La mesure de la concentration en CO2 à l’aide de capteurs permet d’évaluer facilement le niveau de renouvellement d’air. Il est recommandé d’équiper les écoles et établissements scolaires de capteurs mobiles afin de déterminer la fréquence d’aération nécessaire pour chaque local ou pour contrôler le bon fonctionnement de la ventilation mécanique dans les bâtiments où l’ouverture des ouvrants est déconseillée voire impossible.

La mairie vient d’acquérir un purificateur d’air destiné à assurer une qualité d’air la plus irréprochable possible en salle de restauration. Il sera installé rapidement.

Le port du masque

Lorsque qu’il est requis, le masque doit assurer une filtration supérieure à 90 % (masque « grand public » relevant anciennement de la catégorie 1 ou masque chirurgical par exemple).

Niveau jaune, le port du masque est obligatoire dans les espaces clos et les règles relatives au port du masque en extérieur en population générale sont respectées.
L’éducation nationale fournit aux enseignants deux asques par jour de classe.

La mairie fournit des masques chirurgicaux homologués à ses agents autant que de besoin.

Les parents fournissent en masques leurs enfants sauf en maternelle où le masque est actuellement proscrit. En cas d’oubli, l’école comme l’ALSH pourvoit à l’absence de masque.

La limitation du brassage des élèves

Dès le niveau « vert », la journée et les activités scolaires sont organisées de manière à limiter, dans la mesure du possible, les regroupements et les croisements importants entre groupes (en particulier au moment de l’arrivée et du départ des élèves).

  • niveau 2 / niveau jaune : la limitation du brassage entre élèves de groupes différents (classe, groupes de classes ou niveau) est requise. Cette limitation est d’autant plus nécessaire lorsque la distanciation entre élèves d’un même groupe peut difficilement être respectée (en particulier à l’école maternelle). Lorsque le non brassage entre classes n’est pas possible (notamment au lycée), la limitation du brassage s’applique par niveau ;
  • l’arrivée et le départ des élèves dans l’établissement peuvent être étalés dans le temps. Cette organisation dépend évidemment du nombre d’élèves accueillis, des personnels présents et des possibilités d’adaptation du transport scolaire, y compris celui des élèves en situation de handicap.
  • la circulation des élèves dans les bâtiments : les déplacements des élèves doivent être limités, organisés et encadrés. Pour cette raison, il est recommandé d’attribuer une salle à chaque classe (en dehors des salles spécialisées et des ateliers).
  • les récréations sont organisées par groupes à compter du niveau jaune, en tenant compte des recommandations relatives aux gestes barrières ; en cas de difficultés importantes d’organisation, elles peuvent être remplacées par des temps de pause en classe.

Les règles de distanciation physique

Visuel - distance sociale d'un mètre

À l’école maternelle, la distanciation ne s’impose pas entre les élèves d’un même groupe (classe, groupe de classes ou niveaux), que ce soit dans les espaces clos (salle de classe, couloirs, etc.) ou dans les espaces extérieurs.

Dans les écoles élémentaires, les collèges, et les lycées, le principe est la distanciation physique d’au moins un mètre lorsqu’elle est matériellement possible, dans les espaces clos (dont la salle de classe), entre l’enseignant et les élèves ainsi qu’entre les élèves quand ils sont côte à côte ou face à face. Elle ne s’applique pas dans les espaces extérieurs entre élèves d’une même classe ou d’un même groupe. Tous les espaces peuvent être mobilisés (CDI, salles informatiques, gymnases…). Si la configuration des salles de classe (surface, mobilier, etc.) ne permet absolument pas de respecter la distanciation physique d’au moins un mètre, alors l’espace est organisé de manière à maintenir la plus grande distance possible entre les élèves.

A compter du niveau jaune, la distanciation physique doit être maintenue entre les élèves de groupes différents (classes, groupes de classes ou niveaux).

L’école et l’accueil de loisirs, ont décidé dès le début de l’année scolaire d’instaurer (de poursuivre) un respect strict des groupes classes tout au long de la journée bien que cela ne soit pas exigé par le protocole sanitaire de rentrée. Ce non brassage des élèves est exigé au niveau 2, jaune.

Le nettoyage et la désinfection des locaux et matériels

Le nettoyage et la désinfection des locaux et des équipements sont une composante essentielle de la lutte contre la propagation du virus. Les agents municipaux ont la responsabilité de cette charge au quotidien :

Un nettoyage des sols et des grandes surfaces (tables, bureaux) est réalisé au minimum une fois par jour.

Un nettoyage désinfectant des surfaces les plus fréquemment touchées par les élèves et personnels dans les salles, ateliers et autres espaces communs (comme les poignées de portes) est réalisé selon les modalités suivantes : 

  • niveau 2 / niveau jaune : au moins une fois par jour et, selon les situations, plusieurs fois par jour. Les tables du réfectoire sont nettoyées et désinfectées, a minima, après chaque service ;

La désinfection quotidienne des objets partagés ou le respect d’un isolement de 24 heures avant réutilisation (ballons, jouets, livres, jeux, journaux, dépliants réutilisables, crayons, etc.) est recommandée.

La restauration scolaire

La restauration scolaire joue un rôle fondamental en revêtant des dimensions sociales et éducatives et en contribuant à la réussite des élèves. Le déjeuner à la cantine constitue la garantie d’un repas complet et équilibré quotidien. Il est donc essentiel de maintenir au mieux son fonctionnement, au besoin avec le recours à des adaptations temporaires, tout en garantissant la sécurité des élèves et des agents.

Les plages horaires et le nombre de services sont adaptés de manière à limiter les flux et la densité d’occupation et à permettre la limitation du brassage. Dans la mesure du possible, les entrées et les sorties sont dissociées. Les assises sont disposées de manière à éviter d’être face à face voire côte à côte (par exemple en quinconce) lorsque cela est matériellement possible.

Les mesures spécifiques aux différents niveaux sont les suivantes :

  • niveau 2 / niveau jaune : les espaces sont aménagés et l’organisation conçue de manière à rechercher la plus grande distanciation possible entre les élèves ; la stabilité des groupes est recherchée et, dans la mesure du possible, les mêmes élèves déjeunent tous les jours à la même table dans le premier degré. Les agents municipaux organisent un service individuel (couverts, eau, dressage à l’assiette… Le prestataire utilise des fromages emballés individuellement…) ;

Les parents

Ils sont informés clairement (liste non exhaustive à compléter selon les conditions d’organisation) :

  • des conditions de fonctionnement de l’école ou de l’établissement et de l’évolution des mesures prises ;
  • de leur rôle dans le respect des gestes barrières (explication à leur enfant, fourniture de mouchoirs en papier jetables, utilisation des poubelles, etc.) ;
  • de la surveillance d’éventuels symptômes chez leur enfant avant qu’il ne parte à l’école, au collège ou au lycée (la température doit être inférieure à 38°C) ;
  • de la nécessité de déclarer la survenue d’un cas confirmé au sein du foyer en précisant si c’est l’élève qui est concerné ;
  • des moyens mis en œuvre en cas d’apparition de symptômes chez un élève ou un personnel ;
  • de la procédure lors de la survenue d’un cas, qu’il concerne son enfant ou un autre élève ;
  • des numéros de téléphone utiles pour obtenir des renseignements et les coordonnées des personnels de santé, médecins et infirmiers, travaillant auprès de l’établissement ;
  • des points et horaires d’accueil et de sortie des élèves ;
  • des horaires à respecter pour éviter les rassemblements aux temps d’accueil et de sortie ;
  • de l’organisation de la restauration et des temps périscolaires.

Les élèves

Les élèves bénéficient d’une information pratique sur la distanciation physique, les gestes barrières dont l’hygiène des mains, le port du masque ainsi que d’une explication concernant l’actualisation des différentes mesures. Celle-ci est adaptée à l’âge des élèves. Une attention particulière doit être apportée aux élèves en situation de handicap pour leur permettre, en fonction de leur âge, de réaliser les gestes barrières et de distanciation par une pédagogie, des supports ou, le cas échéant, un accompagnement adapté.

L’éducation à l’hygiène et à la santé fait l’objet d’une attention particulière dans le cadre des cours.

Source : https://www.education.gouv.fr/annee-scolaire-2021-2022-protocole-sanitaire-et-mesures-de-fonctionnement-324257

Dès que l’arrêté préfectoral de fermeture parviendra à l’école et à la mairie, il sera téléchargeable en ligne et fourni aux familles qui le demanderont pour communication à leur employeur.
Plus d’informations : https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A15141

Demain vendredi 19 novembre tous les services périscolaires et de restauration scolaire seront fermés

Une partie importante des agents communaux en charge de l’animation sera en grève demain vendredi dans le cadre d’une journée nationale d’actions pour défendre et faire valoir les métiers de l’animation*.

La mairie n’est plus en capacité d’organiser les services périscolaires et de restauration.

  • Pas d’accueil le matin entre 7h30 et 8h20,
  • Pas de service de restauration scolaire entre 11h30 et 13h20, seuls les enfants pour lesquels les parents n’auront pas pu trouver de solution de garde seront accueillis par un agent non gréviste dans des conditions de garderie, avec un repas préparé par leurs parents et tiré du sac .
  • Pas de TAP de 15h30 à 16h30,
  • Pas d’accueil périscolaire du soir de 16h30 à 18h30.

Nous comptons sur la compréhension et les efforts de chacun d’entre vous et nous vous en remercions.

Pour information, les revendications du syndicat appelant à la grève du 19 novembre :

  • un salaire minimum de 1800 € brut pour un temps plein
  • la fin des temps partiels subis
  • la reconnaissance des métiers
  • la mise en place d’un système limitant les coupures (journée entière)
  • des formations diplômantes
  • des moyens pédagogiques supplémentaires
  • la mise en place d’un service public de l’enfance
  • le retour à un système de rémunération plus égalitaire pour un même emploi
  • l’amélioration des conditions de travail
  • un taux d’encadrement permettant de travailler dans de bonnes conditions
  • une pénalité pour les employeurs utilisant des contrats courts
  • la sécurité sociale professionnelle qui garantisse un revenu de remplacement
  • un droit syndical adapté aux métiers de l’animation

Influenza aviaire : passage de la France au niveau de risque « élevé »

Le Préfet du Puy de Dôme nous communique :

Au regard de la progression rapide du virus de l’influenza aviaire en Europe, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a placé, depuis le 5 novembre 2021, l’ensemble du territoire métropolitain en risque « élevé ».

Des mesures de prévention renforcées s’appliquent donc afin de protéger les élevages de volailles, y compris dans le département du Puy-de-Dôme :
• mise à l’abri des volailles des élevages commerciaux
• claustration ou mise sous filet des volailles détenues dans les basses-cours (cas de particuliers) ;
• conditions renforcées pour le transport, l’introduction dans le milieu naturel de gibiers à plumes et l’utilisation d’appelants ;
• interdiction de l’organisation de rassemblements des volailles ;
• interdiction des compétitions de pigeons voyageurs au départ ou à l’arrivée de la France jusqu’au 31 mars ;
• vaccination obligatoire dans les zoos pour les oiseaux ne pouvant être confinés ou protégés sous filet.

Ces mesures sont accompagnées d’une surveillance clinique quotidienne dans tous les élevages (commerciaux et non-commerciaux).

À cet effet, les services de la direction départementale de protection des populations (DDPP) a adressé des messages d’attention auprès des vétérinaires libéraux et des organisations de producteurs du département afin de rappeler la nécessaire vigilance aux symptômes qui pourraient être observés dans les élevages.
Concernant les particuliers et sachant qu’aucune dérogation ne pourra être attribuée par le Préfet, il est demandé une forte attention à la mise en place des présentes mesures, notamment afin d’éviter l’éventuelle contamination des élevages professionnels. Par ailleurs, les détenteurs de basse-cours doivent obligatoirement se déclarer (CERFA n°15472 à déposer en mairie ou sur le site https://www.mesdemarches.agriculture.gouv.fr/demarches/particulier/effectuer-une-declaration-55/article/declarer-la-detention-de-volailles?id_rubrique=55).
Il convient que l’ensemble des acteurs, professionnels, partenaires sanitaires, particuliers détenteurs d’oiseaux, chasseurs veillent au strict respect des mesures de biosécurité, de déclaration et de traçabilité, et accordent un niveau de vigilance et de surveillance accru durant cette période de migration des oiseaux.

Enfin, il est rappelé que l’influenza aviaire n’est pas transmissible à l’Homme par la consommation de viandes de volailles, œufs, foie gras et plus généralement de tout produit alimentaire.

SNCF Réseau travaille à la suppression de tous les passages à niveau de la ligne ferroviaire Clermont-Paris et à des solutions de substitutions

Contexte général

Les trains d’équilibre du territoire (TET)

Un schéma directeur pour l’amélioration des performances du Paris-Clermont

La présentation en préfecture du schéma directeur (juin 2019) http://www.puy-de-dome.gouv.fr/reunion-de-presentation-du-schema-directeur-de-la-a7707.html

Le schéma directeur https://www.ecologie.gouv.fr/trains-dequilibre-du-territoire-tet

Carte des TET https://www.ecologie.gouv.fr/sites/default/files/Carte TET 2018.pdf

Les principaux axes

  • Des reprises de ligne par les régions
  • Un recentrage du périmètre du service de nuit
  • Une étude sur le développement de nouvelles lignes TET
  • Une convention d’exploitation 2016-2020
  • Le renouvellement du matériel roulant
  • L’ouverture à la concurrence des lignes TET
  • Des journaux en ligne
  • Un plan de relance de la ligne Paris-Clermont (760 millions d’euros jusqu’en 2025 dont une partie pour améliorer la ligne, vers une infrastructure plus performante (travaux de voies + installations électriques + gares + suppression des passages à niveaux (PN) et parfois remplacement par des ouvrages d’art + ateliers de maintenance + télésurveillance du réseau + gestion des aléas…)

Implications locales

Phase opérationnelle concernant les passages à niveau (PN) : Octobre 2021 à janvier 2022

Zoom sur notre commune

  • Nous avons trois passages à niveau (PN)
    • Le PN 17 sur la RD12 (route de Maringues)
    • Le PN 15 sur un chemin communal desservant La Maison Rouge
    • Le PN 14 sur la RD 107 (route de Clémentel)
  • Et autour de la commune
    • Le PN 11 à St Clément de Régnat sur la RD91
    • Le PN 20 à Surat sur un chemin communal
    • Le PN 23 à Surat sur la RD 429 vers les Martres sur Morge

Les enjeux (à alimenter bien entendu !)

  • PN 14 si suppression
    • Modification de l’accès à St Clément / Clémentel ; mais pour peu de véhicules
    • Diminution du flux de véhicules sur cet axe, dont la rue de Malbourget
    • Impact sur les déplacements agricoles
    • Plus de « route vélos »
  • PN 15 si suppression
    • Une desserte d’une exploitation agricole avec des déplacements supplémentaires sur des chemins non prévus pour cela
    • Une coupure dans l’exploitation
    • Un accès pour les clients (vente directe) beaucoup plus difficile
  • PN 17 si suppression
    • Plus d’accès à Pagnant et Maringues (passer par Surat)
    • Accès aux parcelles compliquées dans les deux sens, nécessitant un long détour
    • Forte diminution de la circulation à l’entrée de Thuret
  • PN 17 si création d’un pont
    • Forte emprise au sol
    • Probable augmentation des flux de véhicules, engins agricoles, camions… sur toute la D12 (rue du Pré du Moulin) et sur la RD210 en traverse de bourg
    • Accès à Maringues (micro bassin de vie, marché du lundi…) et réciproquement à Thuret conservé

11/10/2021 : 1ère réunion de présentation du contexte du projet par SNCF Réseau, le Conseil Régional d’Auvergne et le cabinet d’étude mandaté par SNCF Réseau, INGEROP https://www.ingerop.fr/

Un objectif principal : améliorer le meilleur temps de parcours (3h15 avec 4 arrêts au lieu de 3h26 actuellement, quand tout va bien) avec ajout d’un AR portant à 9 AR les liaisons journalières, dans un cadence de 2 heures (plus de trou de desserte mi-journée).

Et une échéance : 2026

Eléments principaux d’interface avec les territoires : la suppression des passages à niveau

  • Suppression des 14 PN entre Riom et Randan pour permettre aux trains de passer à plus de 160 km/h (condition indispensable, mais non suffisante. D’autres améliorations sont indispensables comme reprofiler les voies en courbe, changer les trains…)
  • Un passage à niveau supprimé implique soit de passer par-dessus la voie ferrée, soit par-dessous, soit ailleurs.
  • Passer par-dessus ou par-dessous coûte très cher. Seuls les PN indispensables se verront transformés en ouvrage d’art. Combien ? 3 ou 4 probablement.
  • Planning prévisionnel
    • Recueil des données
      • Réunion de présentation aux élus du 11/10/21 : point de départ. La composition de cette réunion constitue le comité de pilotage du projet (COPIL projet)
      • Comptages sur tous les PN sur quelques jours à compter du 25/10. Ajout de caméras qualifiant précisément le trafic.
      • Une réunion par communauté de communes aux environs du 9 novembre pour zoomer sur les enjeux
      • Un 2ème COPIL fin novembre rendant compte des remontées des territoires
      • Poursuite des travaux jusqu’à fin 2021 et validation par SNCF Réseau tout début 2022.
    • Scénarisation
      • 1er trimestre 2022
    • Etudes préliminaires
      • 2022

Eléments discutés ou évoqués lors de ce 1er COPIL du 11 octobre 2021

  • Le rôle de ces travaux très impliquants pour nos territoires dans le contexte général de retards récurrents, importants et fréquents.
  • La place de ces travaux dans l’ensemble des améliorations de la ligne (14 passages à niveaux en moins + reprofilages de voies = 5 à 8 minutes gagnées)
  • Les conséquences locales de ces suppressions
    • Le transfert du trafic routier sur d’autres axes et leurs conséquences, pour les usagers qui circulent, pour les riverains, pour les collectivités qui entretiennent les voiries, pour l’environnement… (véhicules légers, vitesse, nombre, nuisances induites ; ensemble routiers, poids lourds idem, engins agricoles, trajets supplémentaires, passages (hauteur comme largeur de ponts, chemins ruraux, passage sur des axes jusqu’alors peu utilisés…))
    • Les conséquences du déplacement de flux routiers d’une commune sur l’autre
    • Les conséquences pour les agriculteurs qui peuvent voir fermé l’accès à une partie de leur exploitation nécessitant un détour. Aussi bien pour les exploitants de la commune que pour ceux qui viennent sur la commune.
    • Les conséquences en terme d’usage pour les micro bassins de vie (Maringues par exemple : combien de km de plus pour aller au marché de Maringues, ou chez le médecin, à la pharmacie… ?)
  • Les impacts de la construction d’un ouvrage d’art
    • Emprise
    • Riverains
    • Terres agricoles consommées
    • Mais aussi report sur cet axe des déplacements effectués auparavant sur des axes voisins dont le PN serait supprimé
  • La prise en compte des coûts induits (voirie, signalétique, entretien, mobilier urbain nécessaire, ralentisseurs ou autres selon le trafic généré…)
  • La place des usagers potentiellement impactés dans l’élaboration des solutions qui seront proposées (agriculteurs, professionnels, riverains…)

Réunion du mardi 9 novembre à Maringues

Réunion de recueil des données sur la partie nord du projet, entre le PN 17 sur la RD12 route de Maringues à Thuret et le PN 4 à St Sylvestre.

Une autre réunion a eu lieu le matin pour le tronçon Riom – Surat.

Présents : Toutes les communes étaient présentes par son maire ou un adjoint, sauf St Clément de Régnat ; le président de la CCPL et son DGS ; le directeur des Routes du Conseil Départemental, un technicien de la Chambre d’Agriculture ; les deux cabinets d’étude et SNCF Réseau ; cinq agriculteurs de la commune ou exploitant sur la commune (Mireille Daguillon, Pierre Crozet, Colette Rougier, Jacques Matheron et René Gougat). Christophe Fournier, invité, ne pouvait pas être présent. Pas d’autres personnes invitées par les autres mairies.

Cette réunion a permis, au fil des PN, de bien se rendre compte des conséquences en cascade de chacun des choix possibles.

Il ressort :

  • Le PN 11 de St Clément (Clémentel) sur la RD107 serait quasiment obligatoirement supprimé, malgré ses 411 passages par jour) : impossible sans impacter extrêmement fortement les habitations en amont de construire un pont qui doit toujours laisser au minimum 6 mètres au-dessus des rails (1,5 m nécessaires pour les caténaires). Et un pont conforme aux règles actuelles a une pente d’environ 300 m de chaque côté. On ne fait plus de pont en dos d’âne comme celui de l’entrée de Thuret côté Surat.
    • Conséquences : Outre l’étude de toutes les solutions possibles pour conserver le passage, si suppression, il faut obligatoirement transformer en route le chemin de 2 km qui relie Clémentel aux Billaudes au niveau PN 14 et à la RD 107. Encore que la RD210 pas loin et quasi parallèle convient très bien aux transporteurs. Mais pas aux agriculteurs. Il manque l’avis de la municipalité sur ce PN. La RD 107 sur lequel une partie du trafic pourrait être reporté, si le PN 14 est remplacé, serait à recalibrer. Idem la sortie dans Thuret sur la RD210, place de la Marmite.
  • Le PN 14 sur la RD 107 Thuret – Clémentel, à faible passage (moins de 100 passages par jour) pourrait être supprimé. Route parallèle à la RD210, faible passage…
    • Mais le report si fermeture du PN 11 à Clémentel pourrait conduire à le conserver. Et la fermeture sans remplacement du PN 15 pourrait rendre son remplacement par un pont quasi obligatoire.
  • Le PN 15 du chemin du domaine La Maison Rouge serait très certainement supprimé (25 passages par jour).
    • Conséquences : le report doit se faire sur le PN 14, à 500 mètres, sur la RD 107 qui du coup DOIT être conservé alors qu’au départ, c’était une des fermetures probables. Et donc une route avec de la structure adéquate serait à faire sur ces 500 mètres. Et du coup, la RD 107, étroite et avec de nombreux virages, devrait être reprofilée et renforcée. Oui mais elle débouche dans Thuret au carrefour de la Marmite, qui est dangereux. Faute de pouvoir le sécuriser vraiment, il conviendrait alors de travailler la descente du cimetière pour sécuriser l’arrivée dans Thuret et donc ce carrefour… Le report d’un trafic routier à évaluer sur cet axe RD 107 a donc de fortes conséquences.
  • Le PN 17 sur la RD12 route de Maringues devrait être conservé, mais avec d’énormes difficultés techniques. C’est l’axe le plus fréquenté des 14 PN du tronçon Riom – Randan (900 passages jour).
    • Oui mais il est quasi impossible d’y faire un pont alors que la voie ferrée est déjà plusieurs mètres au-dessus du niveau environnant. L’emprise de chaque côté, en respectant les normes, serait probablement de 400 mètres et enterrerait les maisons proches… Un pont rail (un tunnel) semble très compliqué (nappe phréatique, Merdanson très proche… Mais un tunnel sous la Manche existe bien ? Non ???).
    • Serait-il envisageable de faire une courbe passant entre la station d’épuration et la route actuelle… ???
    • La possibilité de transformer le chemin de la station d’épuration en route pour rejoindre la RD107 puis le PN 14 a même été évoquée…
  • Sur Surat, le PN chemin, proche de la commune, devrait être supprimé.
    • Mais il contraint très fortement les agriculteurs qui devront faire plusieurs kms de plus. C’est un gros enjeu qui réclame d’être travaillé !
  • Des deux PN sur les routes départementales qui conduisent aux Martres sur Morge, un seul passage par pont devrait être conservé. Lequel ?

Il est important d’avoir une vision de l’ensemble pour bien anticiper les modifications de trafic, les reports de trafic, qu’il soit VL, utilitaires, camions, agricoles, agro… y compris vélo et piétons (les sentiers de randonnée, cyclotouristes, VTT, chevaux… qui franchissent actuellement la voie ferrée au niveau de certains PN doivent aussi être pris en compte).

Cette vision dynamique de la modification des flux engendrés par la suppression de PN ou par le contingentement dû à une hauteur ou une largeur maxi sous tunnel créé est la seule façon d’anticiper leurs conséquences.

Et c’est complexe, sachant que rien n’est à ce jour décidé, que des scénarii évolutifs seront présentés en COPIL dès janvier pour être jetés, étudiés ou affinés, scénarii qui seront autant de base de réflexion et d’enjeux à saisir…

Notre tâche est actuellement d’alimenter la réflexion en mettant en lumière toutes les situations induites par les choix proposés, sans en omettre aucune !

Il est indispensable de mettre dans la boucle de réflexion les acteurs de terrain que sont bien entendu les agriculteurs mais aussi l’agroalimentaire, les transporteurs, les service de secours (j’ai demandé à ce qu’ils soient contactés pour prendre en compte leurs remarques face aux situations envisagées), les professionnels de santé, les services d’aide à domicile, les transports scolaires, les gros transporteurs sur l’axe Aigueperse – Thiers ou Aigueperse – Pont du Château et bien d’autres utilisateurs de ces axes franchissant la ligne Clermont-Paris…

Les acteurs locaux présents à cette réunion, alors que ce n’était pas prévu, ont pu s’exprimer librement et poser toutes les questions qu’ils avaient alors en tête.

Sandrine Couturat pour Randan et moi pour Thuret, avons pu dire toute l’importance que prennent les réouvertures des gares de nos communes dans le contexte actuel de réflexion sur les mobilités, le climat, les déplacements pendulaires des habitants de nos communes et en miroir des efforts financiers extrêmement lourds et extrêmement impactants pour nous les locaux pour favoriser un déplacement rapide et sûr entre Paris et Clermont et réciproquement. C’est évidemment bien entendu et reconnu comme utile, mais sans effet. Encore…

Toutes les remarques et questions d’où qu’elles viennent sont indispensables à la réflexion.

Merci de les adresser en mairie par mail mairiedethuret@wanadoo.fr ou par courrier déposé en mairie ou dans la boîte aux lettres pour que nous puissions fournir en continu toutes ces questions, propositions, remarques… aux cabinets d’étude.

Notre possibilité de questionner, proposer… se situe essentiellement jusqu’à la fin de l’année 2021 pour le « vrac », avant l’élaboration de plusieurs scénarii issus du maximum d’éléments et d’approches de toutes les parties concernées, puis courant 1er trimestre 2022 pour l’analyse des scénarii proposés par les cabinets d’étude et avalisés par SNCF Réseau.

La programmation du scénario retenu engendrera des travaux conséquents bien après 2026 qui est la date limite de remise en état de la ligne (rails, caténaires, courbes…) et du changement des rames et loco.

Plus le temps passera, moins nos questions, remarques, propositions… auront d’impact.

La mairie participe activement à toutes les instances sur ce sujet.

Cartes, dossier complet et toutes les informations à jour… sont disponibles en mairie.

SBA – Calendrier des collectes 2022

RAPPEL

Les dépôts sauvages, y compris à proximité des points propres (conteneur verre du SBA, conteneur textile et chaussures Le Relais), font systématiquement l’objet d’un avertissement à l’auteur de l’infraction suivi d’un dépôt de plainte en cas de récidive.

Chaque pneu possède un numéro unique, son matricule, qui permet à la Gendarmerie de retrouver le vendeur (garage, centrale d’achat, point de vente…) puis de remonter à son acheteur.

L’accès aux déchèteries du SBA est gratuit.

Il est inacceptable et répréhensible de jeter ses déchets quels qu’ils soient en dehors de ses propres bacs, aux points d’apport volontaire, en déchèterie…

Balayage des rues de Thuret et Chassenet mardi 9 novembre à partir de 7h00

Le balayage d’automne sera effectué par la SEMERAP ce mardi 9 novembre de 7h00 à midi .

Attention : pour permettre un travail efficace, tout stationnement est très fortement déconseillé mardi 9 novembre de 7h00 à 12h00 dans les rues suivantes :

A THURET : 

  • Rue de la Limagne (RD 210) 
  • Rue Pré du Moulin (RD 12) 
  • Place de l’église (stationnement interdit par arrêté municipal)
  • Rue du Champ de l’Oie 
  • Rue de Malbourget (RD 107) 
  • Rue Croix des Rameaux 

 A CHASSENET : 

  • Rue du Général Baurot (RD 445) 
  • Rue des Peupliers 
  • Rue du Puy de Dôme 

et interdit place de l’église. Voir l’arrêté ci-dessous