Notre demande de reconnaissance du phénomène sécheresse et réhydratation des sols sur notre commune est en cours d’instruction par le ministère concerné

Le services de la Préfecture nous informent ce 4 avril que notre demande de reconnaissance de catastrophe naturelle « phénomène exceptionnel de sécheresse et de réhydratation des sols » au cours de l’année 2018 pouvant permettre une meilleure indemnisation des propriétaires concernés sera instruite nationalement, avec toutes les autres demandes, par la Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion de Crise (DGSCGC) du Ministère de l’Intérieur, après consolidation et transmission du rapport annuel de Météo-France, à partir du mois de mai 2019.

Nous pouvons espérer une réponse, positive ou négative, en début d’été. Nous la communiquerons aussitôt aux propriétaires ayant déposé un dossier, et par le biais du site de la commune.

Pour toute suite à donner ou complément d’information, s’adresser en mairie.

Signez vous aussi l’appel des maires ruraux de France

http://www.appeldesmairesruraux.fr/

« J’existe ! » C’est ce que des dizaines de milliers de Français ont commencé à venir exprimer dans les mairies qui ont ouvert un « cahier de doléances et de propositions » depuis le samedi 8 décembre. C’est le début d’un mouvement lancé par l’Association des Maires ruraux de France. Par cet acte citoyen, vos mairies, maisons communes, ont permis de consigner les expressions et d’en faire le germe d’un projet de société plus vivable pour ces 22 millions de Français, qui donnent corps à nos campagnes. A cela s’ajoutent d’innombrables contributions libres.

Nous, maires de communes rurales, femmes et hommes élu(e)s par nos concitoyens, assurons que l’intégralité des doléances et propositions seront remises au Président de la République, au Premier ministre et au Parlement.

Ce qui nous importe, c’est de rendre visibles les propos que vous tenez quotidiennement aux maires de France. Cette réalité, n’apparaît que trop peu dans l’esprit de ceux qui gouvernent. Elle est pourtant capitale pour notre pays dans un moment où le pacte social et territorial vacille.

Ensemble : faites votre part, nous ferons la nôtre !

C’est pour cela que nous lançons aujourd’hui cet appel au Peuple de France. Nous, élus ruraux, légitimes par l’élection, citoyens engagés dans la vie locale et proches du quotidien de nos concitoyens, nous appelons chacune et chacun à se fédérer, à ne pas baisser les bras devant la difficulté et l’adversité, face à la cécité de beaucoup de nos dirigeants et à l’entêtement d’une administration trop pyramidale et centralisée.

Le cri légitime de ces millions de Françaises et de Français se joint à celui des élus ruraux. La période que nous vivons est une opportunité pour notre pays si vous répondez à cet appel. Saisissez-la ! Levons-nous ensemble pour que l’emploi soit réparti équitablement sur le territoire. Exigeons que la téléphonie mobile et le numérique arrivent bien plus vite que ce à quoi les opérateurs ont mollement consenti.

Pesons pour que les politiques publiques traitent enfin la question de l’accès aux soins pour que des millions de Français ne renoncent plus à se soigner.

Nous ne voulons plus être les éternels oubliés !

Nous vous invitions à vous débarrasser du « complexe du plouc », qui trop souvent entrave votre capacité à agir et à revendiquer un futur meilleur, avec pour seul motif, qu’être loin de la ville justifierait de devoir renoncer aux droits les plus élémentaires. Il n’y a pas de fatalité à laisser les services publics fermer quand nos communes font de leur mieux pour vous aider. Le modèle de concentration qui est la règle depuis 40 ans s’épuise… ça ne marche plus.

Un appel à la jeunesse

À la jeunesse de notre pays, nous disons : soyez les nouveaux visages de nos villages ! Rejoignez ces populations qui font le choix d’un autre mode de vie, plus sobre, plus équilibré. Le cadre de vie y est favorable, on s’y sent mieux. Pendant que la ville s’étouffe, la campagne respire. Investissez les territoires ruraux ! N’ayez pas peur, nous saurons vous accueillir, nous saurons trouver des solutions à vos demandes et nous saurons vous accompagner. Considérés comme des citoyens, vous n’êtes et ne serez jamais chez nous des identités impersonnelles, mais au contraire des femmes et des hommes qui apporteront une énergie nouvelle à nos territoires.

La commune, un bien commun

Cet appel émane de la légitimité de ce bien commun qu’est la commune : le premier socle de notre République. Car la commune n’est pas simplement un échelon administratif, mais la très précieuse symbiose entre des habitants et un territoire qui croient en leur avenir et qui pour cela se mobilisent : c’est là où l’on agit ensemble. Nous devons nous battre pour que l’action de l’Etat change radicalement et que les pouvoirs publics inversent totalement leur logique d’intervention.

Reconstruire le pays par la base

Pour cela, il nous faut agir ensemble. Nous, maires de communes rurales, à partir de nos campagnes, nous vous appelons à nous soutenir pour imposer notre parole commune dans le débat national. Aux cartes et aux territoires anonymes laissant croire aux décideurs qu’ils sont dépourvus de vie, nous mettons fièrement en avant des visages, tels ceux des gilets jaunes, et bien d’autres encore, plus discrets et plus nombreux, mais tout aussi importants. Nous les croisons dans nos rues et sur nos places. Aux bilans statistiques, opposons nos expériences et nos réelles difficultés.

Aux hauts fonctionnaires déconnectés, disons ensemble : arrêtez d’essayer d’avoir raison seuls contre le peuple. En bref, souvenez-vous que vous êtes rémunérés par l’impôt pour nous aider à construire notre pays. Plutôt que de tenter de le faire à votre idée. Sortez du « bocal parisien » qui vous éloigne et vous englue dans vos certitudes trop souvent discutables.

Soyons honnêtes, nous avons échoué à convaincre le Parlement et les exécutifs successifs. Mais nous sommes une multitude : diverse et dispersée, urbaine et rurale, femmes et hommes, élus ou simples citoyens, nous sommes la France. Nous parviendrons à rendre possible ce qui est indispensable et à nous délester de ce qui est insupportable.

– Trouvez-vous normal, qu’en matière de dotations aux collectivités, aujourd’hui encore, un urbain vaille deux ruraux ? Une correction de cette injustice doit voir un préalable inscrit dans la loi de finances 2019 que doit adopter le Parlement avant le 31 décembre ;

– Trouvez-vous normal en terme de mobilité, que les priorités aient été données à la Grande vitesse en délaissant l’entretien du réseau historique et en négligeant des modes de transports ruraux (TER, Transport à la demande, covoiturage,..) ?

– Trouvez-vous normal que les technologies (4G, véhicule autonome,…) soient mises à profit prioritairement pour ne pas dire exclusivement au développement des métropoles ?

– Trouvez-vous normal que depuis des années, l’Etat se lamente sur le nombre en baisse de médecins dans le monde rural sans prendre les mesures nécessaires pour y remédier ?

– Trouvez-vous normal que l’on confisque les moyens et les pouvoirs des communes pour les confier à des entités administratives plus éloignées?

Sans vous, nous ne pourrons rien ! Venez dans nos mairies pour amplifier ce mouvement de transformation en cours. Le temps est venu de prendre notre destin en main et d’imposer nos voies et nos voix pour ne pas avoir à regretter demain un silence et une inertie coupables.

Et que l’on ne fasse pas le mauvais procès de nous reprocher d’opposer villes et campagnes au motif que l’on exige une légitime considération pour les habitants des territoires ruraux. Il est temps de mettre un terme aux fractures territoriales et sociales. Ce devrait être la trajectoire de l’action publique et le sens de l’action politique.

Vive la Commune,

Vive la République,

Vive la France.

Les taux des taxes d’habitation et foncières sans changement en 2019

Depuis 2014, les taux des taxes d’habitation et foncières (bâti et non bâti), votés chaque année par le conseil municipal, seront restés sans changement. Seules les bases établies par l’état évoluent, tout comme les taux votés par d’autres collectivités comme la communauté de communes.

Concert « Musiques du Monde » par le Conservatoire Régional Emmanuel Chabrier samedi 30 à 20h30

L’ensemble de Musiques du Monde du Conservatoire Régional Emmanuel Chabrier (CRR) de Clermont-Ferrand est un orchestre à géométrie variable qui regroupe des violons, des flûtes, des clarinettes, une harpe, des guitares, une mandoline et des percussions.

Ces musiciens nous proposeront un voyage de pays en pays pour découvrir tour à tour des Gigues irlandaises, des Horas roumaines, des Mélodies Rom, des chansons turques…

Ils vont nous faire découvrir des morceaux de world-music à la manière du groupe Bratsch.

Concert gratuit – Salle des fêtes de Thuret – Organisation Mairie de Thuret – Mairie de Clermont-Ferrand et CRR

Prochain concert du CRR à Thuret : samedi 4 mai à 20h30 en l’église avec un ensemble de plus de 20 saxophones

Un tout petit exemple du répertoire du groupe Bratsch

LES OLYMPIADES DU BALLON ROND samedi 30 mars 2019 de 14h30 à 16h30

L’association Loisirs Evasion organise samedi 30 mars de 14h30 à 16h30 des olympiades du ballon rond au stade municipal de Thuret

Venez nombreux jouer ensemble, en famille

Végétalisation du cimetière en cours

Le cimetière du haut a été ensemencé le 4 mars 2019 avec des espèces herbacées adaptées en utilisant la technique de l’hydromulching qui permet aux graines puis aux plantules de trouver un substrat protecteur, favorable à leur installation. Ces espèces rases ne nécessitent que très peu de tonte.

L’hydromulching est une projection sur sol ingrat et travaillé d’un mélange d’eau, de fibres de bois, de cellulose recyclée, de colle cellulosique, de colorant (vert qui disparaît en quelques jours), de fertilisant, de stimulateur de croissance et de semences adaptées.

Les résultats de cet hydromulching permettront d’adapter technique et espèces végétales aux allées du cimetière du bas, plus sensibles pour certaines au ravinement. Ce sera fait à l’automne 2019, si la réussite du cimetière du haut est bien au rendez-vous.

Depuis le 1er janvier 2016, quel que soit l’espace public, les agents techniques n’utilisent plus aucun produit désherbant (glyphosate, désherbant total, systémique, rémanent…), anticipant l’interdiction d’utilisation pour les collectivités du 1er janvier 2017 (loi Labbé).

Depuis le 1er janvier 2019, l’interdiction s’étend aux particuliers qui ne peuvent plus utiliser ni détenir de produits phytosanitaires sauf ceux de biocontrôle, à faibles risques ou autorisés en agriculture biologique. Les sanctions sont lourdes, vente, utilisation, détention (jusqu’à 6 mois d’emprisonnement et 150 000 € d’amende).

Les concessions vous appartenant, elles relèvent de cette stricte interdiction.

Si vous démoussez votre pierre tombale avec un produit phytosanitaire autorisé (produits de biocontrôle, produits utilisés en agriculture biologique ou produits à faible risque inscrits), faites-le avec précaution pour ne pas impacter le couvert végétal des allées.

Il est interdit de désherber l’allée devant sa concession par quelque moyen que ce soit y compris manuel ou mécanique.

L’entretien des espaces entre concession est à la charge des concessionnaires.

Des fleurs vivaces ont été semées par les agents techniques sur les concessions en cours de reprise, ainsi que les concessions anciennes manifestement délaissées. Les agents ont en charge la destruction des herbes indésirables sur ces concessions ainsi bien sûr que dans les allées.

Un arbre à feuilles caduques, un chitalpa tashkentensis (Chitalpa de Tachkent), planté en mars, viendra ombrager le jardin du souvenir dans le cimetière du bas. C’est un arbre résistant à la sécheresse, qui pourra faire 7 à 8 mètres de haut, qui fleurit en juin/juillet avec une petite remontée en septembre. Très nectarifère, il attire abeilles et papillons. Sa végétation démarre tardivement, début mai. Son ombre est appréciée.

Il est demandé aux pompes funèbres venant travailler sur les concessions de prendre toutes les précautions nécessaires pour conserver le couvert végétal des allées en bon état (tapis adapté, planches de coffrage…). Toute dégradation entraînera réparation à la charge de l’entreprise concernée.

C’est par l’effort de chacun d’entre nous que nous donnerons à notre cimetière un aspect agréable et serein, digne de ce lieu de souvenirs et de recueillement.

Techniciens et élus vous en remercie.

Balade des dix mots – samedi 23 mars à Thuret et à Chassenet

Que faire samedi 23 mars ? Une balade ludique et sympathique, en famille.

Venez cheminer dans Thuret, pour retrouver les dix mots cachés dans la ville. A l’occasion de la Semaine de la Langue Française, nous vous proposons une chasse aux 10 mots retenus cette année.

Deux parcours au choix : l’un sur Thuret, l’autre sur Chassenet. Retirez votre carte (à la Bibliothèque de Thuret ou Place de l’Ecole à Chassenet), le départ est libre (entre 10h et 16h). A l’aide de votre carte, retrouver les mots apposés chez les habitants… puis déposez votre carte complétée dans l’urne prévue à cet effet. Un tirage au sort vers 17h/17h30 récompensera les promeneurs courageux et persévérants.

Soleil et douceur devraient rendre cette Balade des Dix Mots plaisante et amusante. En début et fin de parcours, de nombreuses activités vous attendent : rébus, illustrations, jeux de mots, tracés…. pour petits et grands.

Organisée par l’équipe des bénévoles de la Bibliothèque de Thuret