Sortie-nature « Immersion au royaume des orchidées sauvages de la colline de Mirabel »

Le CLIC Riom Limagne Combrailles et le Réseau d’Education à l’Environnement Auvergne proposent aux personnes de plus de 60 ans une sortie-nature « Immersion au royaume des orchidées sauvages de la colline de Mirabel », à Riom, le jeudi 17 mai 2018, de 14h00 à 17h00. L’Espace Naturel Sensible de la colline de Mirabel, est une grande scène de spectacle pour les curieux de nature. Le bal des fleurs y est organisé tous les printemps. Les orchidées font toujours leur entrée avec brio. Qui des céphalentères, néoties, orchis ou ophrys auront le 1er rôle? Venez donc vous prendre au jeu de l’identification et de la détermination florale. Venez découvrir leur stratégie de séduction pour se reproduire et pour nous faire pétiller les yeux par leur beauté et leur mystère!

Inscription auprès du CLIC au 04 73 33 17 64 – participation gratuite, action financée par la Conférence Départementale des Financeurs

RDV: parking au rond-point sur la D446 en face de MSD Centre de Mirabel.

 

Association Réseau Seniors CLIC Riom Limagne Combrailles
Centre Local d’Information et de Coordination gérontologique
73 rue Lafayette  – 63200 RIOM
Tél : 04.73.33.17.64
Fax : 04.73.33.17.62
site internet: www.clic-riom.fr

Aménagement du centre bourg et de la traverse de Thuret (D210 et D211)

Diagnostic, réunions avec les partenaires, les concessionnaires de réseaux… ont permis au cabinet d’étude LMP de proposer une première esquisse du projet, affichée en salle du conseil et accessible à tous.

THURET AVP 1

 

 

 

Puis, en tenant compte des premières remarques, une deuxième esquisse qui servira de base à nos discussions avec les usagers.

THURET AVP V2

Aménagement du centre bourg et de la traverse de Thuret (D210 et D211)

Le Conseil Départemental du Puy de Dôme a choisi le cabinet d’architecture Lise Marchal Paysage pour nous accompagner dans cette démarche de rénovation profonde du centre bourg, poursuivant le travail du Projet d’Aménagement de Bourg (PAB).

1ère phase de travaux, le centre-bourg

Il s’agit de

  • réduire fortement la vitesse sur les deux axes D210 Gerzat – Randan, et D211 Sardon – Thuret, et particulièrement aux lieux d’arrêt des cars scolaires, aux lieux de passage piétons, et dans le centre tout en respectant les contraintes liées à une départementale (D210) très fréquentée et utilisée par de gros engins agricoles, de grands ensembles routiers et parfois des convois exceptionnels ;
  • créer des cheminements doux et sécures, continus, suffisamment larges (<140 cm) pour être accessibles à tous et permettre le passage de poussettes, de chariot handicapé… reliant les lieux d’usage (square, places, commerces, école et centre de loisirs, église, mairie, salle des fêtes…)
  • améliorer et sécuriser les lieux très fréquentés par les piétons (arrêt de cars, devant l’école, devant l’église et la mairie, devant les commerces, devant la salle des fêtes);
  • favoriser la sécurité et l’accessibilité des commerces (bar, restaurants, boulangerie)
  • organiser les stationnements favorisant l’accès aux commerces tout en préservant l’espace devant l’église
  • enfouir les réseaux aériens (électricité, téléphone) et renforcer si besoin les réseaux enterrés (eau et assainissement)
  • terminer la mise en valeur lumineuse de l’église par le sol, côtés sud et ouest;
  • travailler l’environnement (haies, arbres, massifs, pelouse, stabilisé…) pour le rendre de plus en plus agréable, dans la démarche que nous avons engagée depuis 2 ans et demi de zéro produit chimique dans l’espace public, du moins d’intervention possible (en privilégiant les plantes vivaces adaptées, peu gourmandes en eau, en paillant avec du BRF issu des branches broyées, en engazonnant avec des espèces résistances et de pousse lente…)

 

La démarche

  • un diagnostic partagé, posant des questions sans nécessairement apporter des réponses (voir le diaporama ci-dessous) ou le télécharger PRESENTATION THURET ETAT DES LIEUX.
  • un travail de conception de scénarii réalistes et adaptés, prenant en compte les enjeux hiérarchisés, mené par le cabinet d’architecture, le Conseil Départemental, la commune, et les habitants; (réunions de travail, exposition du projet en salle du conseil, réunions publiques…)
  • en chiffrant ces scénarii, leurs options, leur niveau qualitatif de réalisation (matériaux…)…
  • en choisissant, dans le respect de tous et de chacun, sans jamais oublier ce pourquoi nous dépensons cet argent public issu de nos impôts.

 

Le rôle de chacun

  • le Conseil Départemental, propriétaire des routes départementales, est le chef de fil du projet. Il financera la partie voirie départementale (chaussée, aménagements de chaussée…)
  • la mairie est le maître d’ouvrage. Elle aura en charge la voirie communale (rue de l’église et tous les débuts des rues adjacentes aux routes départementales), les trottoirs, les aménagements paysagers et tout ce qui ne relève pas de la voirie départementale, y compris, avec les concessionnaires de réseau, une partie de la rénovation des réseaux ou de leur enfouissement.
  • le cabinet d’étude apporte diagnostic et nous accompagne dans nos choix stratégiques et techniques (réflexion, propositions, regard sur ce qui se fait ailleurs, nouveautés pouvant répondre à nos problématiques, efficacité des dispositifs…), en réponse à nos buts, nos finances et celles de nos partenaires
  • les habitants et usagers apportent leurs regards, exposent leurs besoins, leurs envies, font des propositions, tout en prenant connaissance de nos contraintes réglementaires, techniques, financières, environnementales, de sécurité…

 

Les échéances

  • dernier trimestre 2017 – 1er semestre 2018 : conception du projet comprenant les réunions publiques, les ajustements, les diagnostics de réseaux, les tests, les mesures…
  • mi 2018 : choix
  • été 2018 – septembre : dépôts des dernières demandes de subventions, des dossiers…
  • 2019 : 1ère phase de travaux dans le centre bourg de Thuret
  • les années suivantes, deux autres tranches : au nord, et au sud du centre bourg.

 

Le diagnostic

Ce diaporama nécessite JavaScript.

66 000 € de travaux de renforcement de chaussée

Le Conseil Départemental a fait renforcer aux endroits fortement dégradés la chaussée de la RD 210 en traverse de Thuret.

Pour autant, le projet d’aménagement du centre bourg, dont les chaussées, n’est pas repoussé !

Attention à l’absence de marquage aux emplacements refaits, notamment les passages piétons qui vont être repris rapidement.

Terre saine : le label environnement des collectivités locales

Ce mercredi 21 mars, la commune de Thuret a reçu (sans malheureusement y être) le label national « Terre saine » du Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie (MEDDE).

Nous avions obtenu il y a quelques semaines le niveau 3 de la charte d’entretien des espaces publics qui valide l’absence totale d’utilisation de produits chimiques dans les espaces publics de la commune et l’adaptation du choix des plantes et fleurs, des pratiques culturales, une formation des agents et des élus, une communication sur ces nouvelles pratiques plus respectueuses des hommes et de l’environnement une incitation à faire de même… dans la dynamique des villes et villages fleuris.

https://www.ecophyto-pro.fr/n/presentation/n:267

https://www.ecophyto-pro.fr/terre_saine/recherche/n:311 (bientôt à jour)

La charte d’entretien des espaces publics

http://www.entretien-espaces-publics.fr/spip.php?page=article_france&id_article=1

http://www.entretien-espaces-publics.fr/spip.php?page=article_france&id_article=2

 

L’association des parents de l’école prosera une matinée plants (légumes et fleurs), sur commande, début mai.

Vous y trouverez aussi des informations sur comment ne plus utiliser de produits phytosanitaires, des techniques culturales, des indications pour semer aux pieds des murs, pour fleurir devant chez vous…

La commune de Thuret est labellisée « Charte d’entretien des espaces publics » niveau 3 (maximum)

En cohérence avec le concours des villes et villages fleuris, depuis janvier 2016, les agents techniques n’utilisent plus aucun produit chimique. La commune est en « zéro phyto ».

Elus et techniciens, mais aussi vous tous, les habitants qui prenez votre part à ce beau projet d’entretien et d’embellissement de notre commune, nous testons de nouvelles manières d’entretenir les espaces publics, les places, les trottoirs, les bacs à fleurs, les massifs, le square, le cimetière, l’école, les fontaines, le lavoir… L’imagination, la créativité et aussi l’observation, la curiosité de comprendre – par exemple comment un pied de mur peut se comporter sans désherbant au fil des saisons et ce qu’il est intéressant de faire pour qu’il reste agréable – sont essentiels pour recréer des espaces publics fonctionnels, agréables, sains, et qui ne demandent ni beaucoup d’eau, ni énormément de travail, et aucun produit. Il ne s’agit pas de manier la pioche toute l’année !!!

 

Le travail des agents et de nous tous a été reconnu par le jury des villes et villages fleuris qui nous a fait le plaisir de nous donner un prix départemental qu’il nous faudra bonifier en 2018 pour aller vers une première fleur dans quelques années (2 ans ? 3 ?) et qui nous a conduit à signer cette charte d’entretien des espaces publics au niveau 3, le maximum, reconnaissant l’absence totale de produits chimiques dans les espaces publics.

L’obtention de ce 3ème niveau nous a permis de postuler au label national « Terre saine » du ministère de l’environnement.

La suite ?

Poursuivre l’embellissement de la commune, penser vivaces de préférences au tout annuelles, adapter, comme dans le cimetière, les espèces et les lieux, tester de nouvelles techniques (parfois en faire ressurgir d’anciennes comme le paillage par du BRF par exemple), chercher les belles plantes, les belles fleurs qui s’adapteront bien et s’installeront durablement, partager avec d’autres communes nos expériences, nos réussites et nos échecs, communiquer avec vous sur ce qui marche, sur des façons de faire…

Maintenant, nous savons que c’est possible, que ce n’est pas plus coûteux pour la commune, que les résultats peuvent être magnifiques, que sans produit, c’est beaucoup plus sain pour tout le monde, à commencer par les enfants, et qu’il reste encore beaucoup à faire !

Et tout cela avec vous !

Des graines « pied de murs » sont toujours à votre disposition. Des conseils peuvent vous être donnés par l’équipe technique ou les élus en charge de ce travail au long cours.

N’hésitez pas !

Embellissons-nous !

Communes-Ceremonie-Bellenaves-2018

Ceremonie-labellisation-Bellenaves-mars2018

Concours départemental du fleurissement et du cadre de vie. Thuret, prix départemental !

Mercredi 13 décembre à La Roche Blanche, avait lieu la cérémonie de remise des prix du concours départemental du fleurissement et du cadre de vie (anciennement nommé concours des villes et villages fleuris).

Nous sommes ravis d’obtenir pour la première fois le prix départemental.

En route avec vous tous pour le 1er prix départemental, porte d’entrée vers le concours régional et la première fleur.

Un beau challenge pour les années à venir !

 

Merci à Cédric, maître d’oeuvre de ce travail, à ses collègues agents techniques, à Marina, à tous les élus et habitants qui se sont impliqués, à nos fournisseurs que sont Nicolas et Emilie (Bardy Flore), aux autres fournisseurs (Echo Vert…), aux pourvoyeurs d’idées, à tous ceux qui nous ont encouragés dans cette démarche, qui nous ont proposé de l’aide, des idées, des méthodes, aux contestataires du zéro photo qui nous obligent à être encore plus inventifs, plus précis, plus attentifs, à tous ceux qui de près ou de loin accompagnent la démarche, la gère…

Notre commune évolue; le département reconnait par ce prix cette évolution.

Et ce prix nous oblige !

Il nous faut maintenant continuer, être plus cohérents ensemble, travailler avec le Conseil Départemental la sécurité et l’embellissement du centre bourg (autour de l’école, des commerces, de la mairie, de la salle des fêtes, de l’église) et de la traverse où beaucoup trop de véhicules roulent bien trop vite.

Il reste beaucoup à faire…

Le projet que nous allons vous soumettre en fin d’hiver prend en compte ces éléments de sécurité pour tous, enfants, jeunes, anciens, piétons, vélos, poussettes… d’embellissement, de cheminements doux, sécures et le plus agréable possible, dans un contexte de zéro phyto.

Des travaux à la pelle entre stade et chemins dans les mois à venir

L’antenne GRDF

GRDF a fait installer par une entreprise prestataire début novembre une antenne de collecte des données des futurs compteurs communicants Gazpar. Fixée sur le côté sud des vestiaires, elle collectera les données de Chassenet et une partie de Thuret. Une autre antenne de collecte avait été prévue par GRDF sur l’ancienne mairie. Nous l’avons refusée : elle aurait été au centre de l’univers scolaire et enfance ce qui, par précaution, n’est pas souhaitable. Un autre lieu devra être trouvé par GRDF. Ces antennes collecteront durant quelques minutes matin et soir, les données émises par les compteurs Gazpar, non encore installés, pour les retransmettre groupées à un collecteur.

La téléphonie mobile

Depuis le début de la semaine (lundi 27 novembre) et pour quinze jours, Free fait installer par une entreprise prestataire une antenne pour la téléphonie mobile en complément de celle d’Orange, au stade (même mât mais locaux techniques distincts). Les abonnés à la téléphonie mobile Free auront la 4G dès la mise en service prévue en tout début d’année 2018.

La convention de location de l’espace public qui lie la commune à Orange depuis 2006 a été revu nettement à la hausse. La commune perçoit maintenant annuellement 4000 € d’Orange (contre 2300 auparavant) et 2000 € de Free. Si un nouvel opérateur s’installait sur cette antenne, la même location s’appliquerait.

A notre demande, Orange fera migrer son installation 2G/3G en 4G fin décembre. En début d’année les abonnés mobile Orange bénéficieront enfin de la 4G.

La réfection du stade

L’entreprise paysagiste Déat (Sayat) interviendra au stade dès que le temps le permettra avec une machine, le VertiDrain, pour aérer la totalité du terrain d’honneur largement marqué par le séjour d’une communauté des gens du voyage (une centaine de caravanes et leurs véhicules tracteurs) en mai dernier alors qu’il pleuvait abondamment et que le terrain était détrempé. L’entreprise épandra environ 70 tonnes de sable, rendant ainsi au terrain une souplesse qu’il avait perdue. Ce travail d’importance complète le travail patient de notre équipe technique qui tout l’été a arrosé, tondu, tenté de gommer les dégâts…

Coût de ce travail par l’entreprise Déat : 2 300 € HT. La commune fournissant sur site les 70 tonnes de sable de rivière (1500 €).

La communauté de communes se prononcera en conseil le 5 décembre pour nous aider à payer cette réfection.

A l’issue de ce travail, et en fonction de l’évolution de l’état du terrain, l’équipe de foot de l’Etoile Sportive Thurétoise (EST) pourra réintégrer le terrain de sport et recevoir de nouveau les équipes adverses en championnat ou en coupe. Depuis le début de la saison, Vensat a accepté d’accueillir l’équipe. Merci à la commune, à tous les utilisateurs du terrain de Vensat et à son équipe municipale.

Avec la communauté de communes qui en a la compétence, le conseil départemental et l’association de gestion du schéma d’accueil et d’habitat des gens du voyage (AGSGV63), nous travaillons à la création d’une aire d’accueil dite de grand passage sur le territoire intercommunal pour permettre le séjour court de grands groupes (50 à 100 caravanes). Les communautés voulant faire une halte dans le nord du département pourront alors le faire en toute légalité sur un terrain convenable. Il sera encore plus inadmissible que des terrains publics comme les stades soient ainsi utilisés.

Le stade est maintenant fermé par une barrière cadenassée. L’EST possède une clé. La mairie fournit une clé ou ouvre la barrière pour tout événement prévu par les associations ou les particuliers. Le demander.

La « tête de pont » sur le Ris

Cette tête de pont sur le ruisseau issu de l’étang des Aurancheix (le Ris), côté aval, s’affaisse depuis bientôt un an, suite aux passages répétés des engins lourds en bord de pont sur un sol détrempé (camions, semi-remorques, tracteurs et remorques, engins agricoles…). Constituée d’un mur béton sans contre-assise inversée supportant la charge, le mur penche vers le ruisseau et rend le passage de plus en plus dangereux pour les véhicules lourds. Il faut tout refaire !

Cette reprise de la tête de pont par l’entreprise Irrmann Papon est programmé début 2018. Elle lancera la réfection complète des chemins autour de l’étang. Dès que la mairie aura connaissance de la date de début des travaux, nous la communiquerons sur le site et par voie d’affiche. Des arrêtés d’interdiction de circulation seront pris, pour tout véhicule, y compris agricole.

Les chemins « autour de l’étang des Aurancheix »

Durant les travaux successifs, toute circulation sera évidemment interdite.

Le chemin « Champ Patira » le long du stade

Il sera repris sur 260 m et une largeur maximale de 4m, donc bien moins large qu’actuellement, avec un dérasement des accotements, une scarification, un reprofilage, l’ajout de matériaux, un compactage…

Deux ralentisseurs en matériaux de couleur (dos d’ânes) seront créés. Leurs emplacements seront déterminés en concertation.

Le chemin de l’étang

Scarification, dérasement, reprofilage, ajouts de matériaux, compactage… sur 330 m et 4 de largeur.

Le chemin des Aurancheix

C’est le chemin qui descend vers l’étang. Très abîmé par les passages réguliers des semi et des camions de chantiers divers, l’entreprise va le reprendre entièrement. 310 m sur 4 de large toujours.

Et quatre ralentisseurs

Deux ralentisseurs sur le chemin entre la D445 (route d’Aigueperse en sortant de Chassenet) et la rue des Peupliers, vers la nouvelle station d’épuration.

et deux autres sur le chemin des Rouis, entre la station et la D210 (route de Randan).

 

L’ensemble de ces travaux de voirie est confié à l’entreprise Irrmann Papon pour un coût total HT de 13 000 €.

 

PROGRAMME D’ACTION RÉGIONALE CONTRE LA POLLUTION PAR LES NITRATES D’ORIGINE AGRICOLE

Liberté • Égalité • Fraternité

République Française

Télécharger le communiqué de presse du préfet : CPNitratesDREAL2017

 

PRÉFET DE LA RÉGION AUVERGNE- RHÔNE-ALPES

COMMUNIQUE DE PRESSE

Lyon le 30 octobre 2017

PROGRAMME D’ACTION RÉGIONALE CONTRE LA POLLUTION PAR LES NITRATES D’ORIGINE AGRICOLE

Lancement d’une consultation préalable

La directive n°91/676/CEE du 12 décembre 1991, dite directive « nitrates », vise la réduction et la prévention de la pollution des eaux, provoquée ou induite par les nitrates d’origine agricole. Elle demande aux états membres :

  • de définir des zones vulnérables à la pollution des nitrates d’origine agricole
  • de mettre en place des programmes d’actions pour lutter contre cette pollution.

La France a procédé début 2017 à la révision des zones vulnérables sur les bassins Loire-Bretagne et Rhône- Méditerranée, qui concernent la région Auvergne-Rhône-Alpes, et a défini un programme d’actions national (PAN). Ce programme d’actions, révisé en octobre 2016, doit être complété par un programme d’actions régional (PAR) dont l’élaboration et la révision doivent faire l’objet d’une concertation préalable en application des articles L. 121-15-1 et suivants du code de l’environnement.

Les programmes d’actions régionaux en vigueur sur les ex régions Auvergne et Rhône-Alpes, doivent être révisés et mis à l’échelle de la nouvelle région. Dans ce cadre est lancée une grande concertation préalable ouverte à tous jusqu’au 30 novembre 2017 et accessible sur les sites internet suivants :

Ces sites internet comportent des informations complètes relatives aux attendus du travail de révision des programmes d’actions ainsi que la possibilité de contribuer par un formulaire en ligne.

En cas d’impossibilité d’accès à internet, une partie du dossier de consultation peut être obtenue, sur demande écrite adressée à la DREAL Auvergne-Rhône-Alpes (Service Eau Hydroélectricité Nature, Pôle Politique de l’Eau ; 7 rue Leo Lagrange 63033 Clermont -Ferrand cedex 1 ) en joignant une enveloppe A4 affranchie à 1,70€ à l’adresse du demandeur.

Le dossier papier est consultable sur le site de la DREAL à Clermont-Ferrand et de la DRAAF de Lyon.

Cette concertation est conduite sous le contrôle d’un garant désigné par la commission nationale du débat public.

Deux réunions publiques, (entrée libre dans la limite des places disponibles) sont prévues :

  • jeudi 16 novembre au lycée agricole de la Côte Saint André (38) à partir de 18h30,
  • mercredi 22 novembre au siège de la DRAAF Auvergne-Rhône-Alpes (Lempdes – 63), salle Aydat à partir de 18h30.

Contact presse DRAAF Auvergne-Rhône-Alpes : Paulette POILANE Chargée de communication

gaulette.poilane@agriculture.gouv.fr – tél : 04 78 63 3413/07 64 59 86 81

Cabinet du préfet – Service de la communication interministérielle

Agnès BAIYO – 04 72 61 66 91

Préfecture du Rhône – 69419 Lyon cedex 03 Standard : 04.72.61 60 60 – Télécopie : 04.78.60.49.38 –http://www.rhone.gouv.fr

Préfecture Auvergne-Rhône-Alpes