Offre d’emploi d’animateur – animatrice périscolaire à la mairie de Thuret en emploi aidé

La mairie recrute pour la rentrée de septembre 2017

Un Animateur / Animatrice d’activités périscolaires

Carnaval 2017

Description de l’offre

Sous l’autorité du directeur, vous serez chargé(e) :

  • d’ accueillir et encadrer les groupes d’enfants dans le cadre des activités périscolaires midi et soir et TAP.
  • de concevoir, proposer et mettre en oeuvre des activités éducatives de loisirs dans le cadre du projet éducatif et pédagogique de la structure
  • d’être force de proposition
  • de garantir la sécurité physique, affective et morale des enfants.

Vous avez idéalement une première expérience auprès d’enfants et un projet professionnel dans le secteur de l’animation ou la petite enfance.

Vérifier votre éligibilité au contrat CUI-CAE

Lieu de travail : centre de loisirs périscolaire municipal de Thuret
Type de contrat : CDD de 12 mois en CUI-CAE
Nature d’offre : CUI – CAE avec engagement d’accompagnement dans votre projet professionnel
Durée hebdomadaire de travail : 20h00 minimum
Salaire indicatif : SMIC horaire (9,76 €)
Qualification : BAFA ou plus souhaité
Conditions d’exercice : horaires annualisés, variables

Expérience : débutant accepté; 1ère expérience appréciée
Formation
Effectif de l’entreprise moins de 20 salariés
Secteur d’activité : administration publique générale (commune)

 

Pour postuler à cette offre

Télécandidater ou courrier (lettre de motivation et CV)
ale.riom@pole-emploi.fr
Pôle Emploi RIOM
CS 80005

24 AV GEORGE GERSHWIN
63201 RIOM

 

ou directement en mairie

1 place de l’église

63260 THURET

mairiedethuret@wanadoo.fr

 

Concert en l’église de THURET – Mercredi 19 juillet – 20h30

Dans le cadre du Festival Baroque d’Auvergne

Grand concert – mercredi 19 juillet 2017 – 20h30

Eglise de THURET

Bogumila Gizbert-Studnicka – clavecin

Musique virtuose à la Cour de France

Corrette Couperin Duphly Balbastre

Podbielski Rameau

 

 

Feu d’artifice jeudi 13 juillet à partir de 19h30 – Célébration de la fête nationale vendredi 14 juillet 11h

Fête Nationale

La célébration de la Fête Nationale aura lieu

Vendredi 14 juillet 2017

à 11 heures 

dans la cour de l’école puis au monument aux morts

Rassemblement dans la cour de l’école, défilé, dépôt de gerbe au Monument aux Morts puis vin d’honneur.


Soirée feu d’artifice jeudi 13 juillet

à partir de 19h30, apéritif offert par la municipalité et pique-nique tiré du sac dans le jardin de la mairie

22h00 préparation des lampions et retraite aux flambeaux par la rue du Champ de l’Oie

23h00 feu d’artifice tiré de la fontaine de l’étang.


 

 

Le conteneur à vêtements a permis de récupérer 7 tonnes en 2016

Le conteneur à vêtements, de plus en plus souvent vandalisé, a permis de récolter 7 tonnes de vêtements en 2016.

Bien que vidé chaque semaine par le réseau d’entreprises d’insertion par le travail Le Relais, Société Coopérative Ouvrière de Production (SCOP), il attire la convoitise d’un marché parallèle. Le conteneur est forcé, fracturé, découpé… et vidé de son contenu. On retrouve parfois un peu plus loin les vêtements qui n’ont pas eu l’heur de plaire ! Ce sont les vêtements et chaussures de grandes marques qui sont recherchées par les voleurs !

Faut-il déplacer ce conteneur pour le rendre plus difficilement accessible à ceux qui en volent le contenu?

Faut-il créer un autre lieu sécurisé pour les « marques » ?

En 2017, sur les six premiers mois, une seule tonne a pu être collectée ! Contre 3 l’an dernier.

Le conteneur a été remplacé 5 fois déjà !

 

Il est malheureux que cette idée de recycler et de réutiliser des vêtements qui ne servent plus, par des personnes en grande difficulté qui retrouvent ainsi dignité et travail (le groupe emploie 3200 personnes en France) attire une telle convoitise !

 

Durant l’été, nous analyserons cette situation avec l’entreprise pour déterminer la meilleure conduite à tenir.

 

En attendant, continuons de donner !


Adoptez les bons réflexes !

Vous pouvez déposer dans les conteneurs du Relais de petits sacs, remplis de vêtements et linge de maison, chaussures, petite maroquinerie (sacs à main, ceintures).

Afin de préserver la qualité de vos dons et leur assurer une seconde vie, nous vous remercions de respecter quelques consignes :

  • Utiliser des sacs de 50 Litres maximum (afin qu’ils puissent entrer dans les conteneurs).
  • Veiller à toujours bien fermer ces sacs (pour ne pas qu’ils se salissent, ne pas déposer les vêtements en vrac ou dans des cartons).
  • Donner des vêtements propres et secs. Les vêtements souillés (peinture, graisse…), mouillés et moisis ne sont pas recyclables.
  • Attacher les chaussures par paires.
  • Si possible, séparer le textile des chaussures et de la maroquinerie.
  • Si le conteneur est plein, ne pas déposer les sacs par terre car ils risquent d’être volés ou abîmés. Appeler au numéro indiqué sur la borne.

Pas de recyclage matière possible pour les K-way, les cirés. Les chaussures, la petite maroquinerie et les jouets doivent être en bon état ou facilement réparables.

Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi déposer vos dons au Relais le plus proche. Pour de grandes quantités, nous passons à domicile.


 

Pour en savoir plus sur l’entreprise n°1 du recyclage textile en France, son fonctionnement, ce que deviennent les vêtements et chaussures placés dans le container…  http://www.lerelais.org/

 

 

Les festivités du 14 juillet (13 juillet feu d’artifice – 14 juillet célébration de la fête nationale)

Fête Nationale

La célébration de la Fête Nationale aura lieu

Vendredi 14 juillet 2017

à 11 heures 

dans la cour de l’école puis au monument aux morts

Rassemblement dans la cour de l’école, défilé, dépôt de gerbe au Monument aux Morts puis vin d’honneur.


Soirée feu d’artifice jeudi 13 juillet

à partir de 19h30, apéritif offert par la municipalité et pique-nique tiré du sac dans le jardin de la mairie

22h00 préparation des lampions et retraite aux flambeaux par la rue du Champ de l’Oie

23h00 feu d’artifice tiré de la fontaine de l’étang.

 



 

 

Décret sur l’évolution possible des rythmes scolaires à l’école primaire et références du code de l’éducation

Ce décret paru ce jour au journal officiel permet au directeur académique des services de l’éducation nationale, sur proposition conjointe d’une commune ou d’un établissement public de coopération intercommunale et d’un ou plusieurs conseils d’école, d’autoriser des adaptations à l’organisation de la semaine scolaire ayant pour effet de répartir les heures d’enseignement hebdomadaires sur huit demi-journées réparties sur quatre jours.

https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?id=JORFTEXT000035022480


Le décret du 28 juin 2017 – JORF n°0150 du 28 juin 2017

Texte n°12

Décret n° 2017-1108 du 27 juin 2017 relatif aux dérogations à l’organisation de la semaine scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires publiques

NOR: MENE1716127D

ELI: https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2017/6/27/MENE1716127D/jo/texte

Alias: https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2017/6/27/2017-1108/jo/texte

 

Publics concernés : élèves des écoles maternelles et élémentaires publiques, parents d’élèves, enseignants du premier degré et collectivités territoriales.

Objet : élargissement du champ des dérogations à l’organisation de la semaine scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires publiques.

Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le lendemain du jour de sa publication.

 

Notice : le décret permet au directeur académique des services de l’éducation nationale, sur proposition conjointe d’une commune ou d’un établissement public de coopération intercommunale et d’un ou plusieurs conseils d’école, d’autoriser des adaptations à l’organisation de la semaine scolaire ayant pour effet de répartir les heures d’enseignement hebdomadaires sur huit demi-journées réparties sur quatre jours.

 

Références : le décret et le code de l’éducation qu’il modifie, dans sa rédaction issue de cette modification, peuvent être consultés sur le site Légifrance (http://www.legifrance.gouv.fr).

 

Le Premier ministre,

Sur le rapport du ministre de l’éducation nationale,

Vu le code de l’éducation, notamment ses articles L. 521-1, L. 551-1 et D. 521-1 à D. 521-13 ;

Vu l’avis du Conseil supérieur de l’éducation en date du 8 juin 2017 ;

Vu l’avis du Conseil national d’évaluation des normes en date du 21 juin 2017 ;

Vu l’avis du comité technique ministériel de l’éducation nationale en date du 21 juin 2017,

Décrète :

Article 1

Le II de l’article D. 521-12 du code de l’éducation (voir ci-dessous) est remplacé par les dispositions suivantes :

« II. – Saisi d’une proposition conjointe d’une commune ou d’un établissement public de coopération intercommunale et d’un ou plusieurs conseils d’école, le directeur académique des services de l’éducation nationale, agissant par délégation du recteur d’académie, peut autoriser des adaptations à l’organisation de la semaine scolaire définie par l’article D. 521-10.

« Ces adaptations peuvent prendre l’une ou l’autre des formes suivantes :

« 1° Des dérogations aux seules dispositions du deuxième alinéa de l’article D. 521-10 (voir ci-dessous) lorsque l’organisation proposée présente des garanties pédagogiques suffisantes ;

« 2° Des dérogations aux dispositions des premier, deuxième et quatrième alinéas de l’article D. 521-10 (voir ci-dessous), sous réserve qu’elles n’aient pas pour effet de répartir les enseignements sur moins de huit demi-journées par semaine, ni d’organiser les heures d’enseignement sur plus de vingt-quatre heures hebdomadaires, ni sur plus de six heures par jour et trois heures trente par demi-journée, ni de réduire ou d’augmenter sur une année scolaire le nombre d’heures d’enseignement ni de modifier leur répartition. Ces dérogations peuvent s’accompagner d’une adaptation du calendrier scolaire national dans des conditions dérogeant à l’article D. 521-2 (voir ci-dessous), accordée par le recteur d’académie.

« Les adaptations prévues au 1° et, lorsqu’elles ont pour effet de répartir les enseignements sur huit demi-journées par semaine comprenant au moins cinq matinées ou sur moins de vingt-quatre heures hebdomadaires, les adaptations prévues au 2° sont justifiées par les particularités du projet éducatif territorial.

« Avant d’accorder les dérogations prévues au 2°, le directeur académique des services de l’éducation nationale s’assure de leur cohérence avec les objectifs poursuivis par le service public de l’éducation et avec le projet d’école, il veille à ce qu’elles tiennent compte des élèves en situation de handicap et, lorsque les adaptations doivent être justifiées par les particularités du projet éducatif territorial, il s’assure de la qualité éducative des activités périscolaires proposées. Il vérifie également que l’organisation envisagée permet de garantir la régularité et la continuité des temps d’apprentissage et qu’elle prend en compte la globalité du temps de l’enfant, particulièrement lorsqu’il est en situation de handicap.

« Lorsqu’il autorise une adaptation à l’organisation de la semaine scolaire dans les conditions prévues au 1° ou au 2°, le directeur académique des services de l’éducation nationale peut décider qu’elle s’applique dans toutes les écoles de la commune ou de l’établissement public de coopération intercommunale quand une majorité des conseils d’école s’est exprimée en sa faveur. »

Article 2

Le ministre de l’éducation nationale est chargé de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

 

Fait le 27 juin 2017.

Edouard Philippe

Par le Premier ministre :

Le ministre de l’éducation nationale,

Jean-Michel Blanquer


Rappel

Code de l’éducation

Sous-section 4 : Dispositions particulières aux écoles maternelles et élémentaires

La semaine scolaire comporte pour tous les élèves vingt-quatre heures d’enseignement, réparties sur neuf demi-journées.

Les heures d’enseignement sont organisées les lundi, mardi, jeudi et vendredi et le mercredi matin, à raison de cinq heures trente maximum par jour et de trois heures trente maximum par demi-journée.

La durée de la pause méridienne ne peut être inférieure à une heure trente.

L’organisation de la semaine scolaire est fixée conformément aux dispositions des articles D. 521-11 et D. 521-12, dans le respect du calendrier scolaire national prévu à l’article L. 521-1 et sans que puissent être réduit ou augmenté sur une année scolaire le nombre d’heures d’enseignement ni modifiée leur répartition.

Les élèves peuvent en outre bénéficier chaque semaine d’activités pédagogiques complémentaires dans les conditions fixées par l’article D. 521-13.

Le conseil d’école intéressé ou la commune ou l’établissement public de coopération intercommunale intéressé peut transmettre un projet d’organisation de la semaine scolaire au directeur académique des services de l’éducation nationale, après avis de l’inspecteur de l’éducation nationale chargé de la circonscription d’enseignement du premier degré.

Le directeur académique des services de l’éducation nationale agissant par délégation du recteur d’académie arrête l’organisation de la semaine scolaire de chaque école du département dont il a la charge, après examen des projets d’organisation qui lui ont été transmis et après avis du maire ou du président de l’établissement public de coopération intercommunal intéressé. Cet avis est réputé acquis en l’absence de notification au directeur académique des services de l’éducation nationale d’un avis exprès dans un délai de quinze jours à compter de la saisine.

I.-Lorsqu’il arrête l’organisation de la semaine scolaire d’une école, le directeur académique des services de l’éducation nationale agissant par délégation du recteur d’académie veille au respect des conditions mentionnées aux articles D. 521-10 et D. 521-11. Il s’assure de la compatibilité de cette organisation avec l’intérêt du service et, le cas échéant, de sa cohérence avec le projet éducatif territorial mentionné à l’article L. 551-1 du code de l’éducation. Il s’assure également que cette organisation ne porte pas atteinte à l’exercice de la liberté de l’instruction religieuse mentionnée au second alinéa de l’article L. 141-2.

II.-Saisi d’une proposition conjointe d’une commune ou d’un établissement public de coopération intercommunale et d’un ou plusieurs conseils d’école, le directeur académique des services de l’éducation nationale, agissant par délégation du recteur d’académie, peut autoriser des adaptations à l’organisation de la semaine scolaire définie par l’article D. 521-10, lorsqu’elles sont justifiées par les particularités du projet éducatif territorial.

Ces adaptations peuvent prendre l’une ou l’autre des formes suivantes :

1° Des dérogations aux seules dispositions du deuxième alinéa de l’article D. 521-10 lorsque l’organisation proposée présente des garanties pédagogiques suffisantes ;

2° Des dérogations aux dispositions des premier, deuxième et quatrième alinéas de l’article D. 521-10, sous réserve qu’elles n’aient pas pour effet de répartir les enseignements sur moins de huit demi-journées par semaine, comprenant au moins cinq matinées, ni d’organiser les heures d’enseignement sur plus de vingt-quatre heures hebdomadaires, ni sur plus de six heures par jour et trois heures trente par demi-journée, ni de réduire ou d’augmenter sur une année scolaire le nombre d’heures d’enseignement ni de modifier leur répartition. Ces dérogations peuvent s’accompagner d’une adaptation du calendrier scolaire national dans des conditions dérogeant à l’article D. 521-2, accordée par le recteur d’académie.

Avant d’accorder les dérogations prévues au 2°, le directeur académique des services de l’éducation nationale s’assure de leur cohérence avec les objectifs poursuivis par le service public de l’éducation et avec le projet d’école et de la qualité éducative des activités périscolaires proposées. Il vérifie également que l’organisation envisagée permet de garantir la régularité et la continuité des temps d’apprentissage et qu’elle prend en compte la globalité du temps de l’enfant.

Lorsqu’il autorise une adaptation à l’organisation de la semaine scolaire dans les conditions prévues au 1° ou au 2°, le directeur académique des services de l’éducation nationale peut décider qu’elle s’applique dans toutes les écoles de la commune ou de l’établissement public de coopération intercommunale quand une majorité des conseils d’école s’est exprimée en sa faveur.

III.-Avant de prendre sa décision, le directeur académique des services de l’éducation nationale consulte, dans les formes prévues par les articles D. 213-29 et D. 213-30 du code de l’éducation, la collectivité territoriale compétente en matière d’organisation et de financement des transports scolaires ou l’autorité compétente pour l’organisation des transports urbains.

La décision d’organisation de la semaine scolaire prise par le directeur académique des services de l’éducation nationale ne peut porter sur une durée supérieure à trois ans. A l’issue de cette période, cette décision peut être renouvelée tous les trois ans après un nouvel examen, en respectant la même procédure.

Les décisions prises par le directeur académique des services de l’éducation nationale pour fixer les heures d’entrée et de sortie de chaque école sont annexées au règlement type départemental mentionné à l’article R. 411-5, après consultation du conseil départemental de l’éducation nationale.

Des activités pédagogiques complémentaires sont organisées par groupes restreints d’élèves :

1° Pour l’aide aux élèves rencontrant des difficultés dans leurs apprentissages.

2° Pour une aide au travail personnel ou pour une activité prévue par le projet d’école, le cas échéant en lien avec le projet éducatif territorial.

L’organisation générale de ces activités pédagogiques complémentaires est arrêtée par l’inspecteur de l’éducation nationale de la circonscription, sur proposition du conseil des maîtres. Les dispositions retenues à ce titre sont inscrites dans le projet d’école. Le maître de chaque classe dresse, après avoir recueilli l’accord des parents ou du représentant légal, la liste des élèves qui bénéficient des activités pédagogiques complémentaires.


 

Sous-section 1 : Dispositions communes à l’ensemble des académies

Les recteurs d’académie ont compétence pour procéder, par arrêté, à des adaptations du calendrier scolaire national rendues nécessaires soit par la situation géographique particulière d’un établissement scolaire ou la nature des formations qu’il dispense, soit par des circonstances susceptibles de mettre en difficulté, dans un établissement, dans un département ou dans l’académie, le fonctionnement du service public d’enseignement.

Les adaptations du calendrier scolaire national prévues à l’article D. 521-1 ne peuvent avoir pour effet de modifier le nombre ou la durée effective totale des périodes de travail et de vacance des classes de l’année scolaire ni l’équilibre entre ces périodes.
Elles ne peuvent entraîner une modification de la répartition des académies en zones de vacances fixée par le ministre chargé de l’éducation. Toutefois, les dates de vacances des écoles maternelles et élémentaires peuvent être alignées sur celles du collège du secteur auquel elles sont rattachées lorsque ce collège est implanté sur le territoire d’une académie appartenant à une zone de vacances différente.
Peuvent être modifiées soit la durée, soit seulement les dates d’une période de vacances incluse dans l’année scolaire. La date de la rentrée scolaire peut également être retardée. Ces modifications ne peuvent excéder trois jours consécutifs, ni réduire à moins de huit jours la durée d’une période de vacances.

Lorsque des établissements scolaires sont appelés à participer à une expérimentation pédagogique s’inscrivant dans le cadre d’une recherche nationale ou académique, les dispositions de l’arrêté fixant le calendrier scolaire national peuvent être adaptées par le recteur d’académie, dans la mesure nécessaire à la conduite de cette expérimentation et pour la durée de celle-ci.
Lorsqu’une expérimentation, conduite à l’initiative ou avec l’approbation du ministre chargé de l’éducation et sous son contrôle, porte sur de nouveaux modes d’organisation des rythmes scolaires annuels, les adaptations arrêtées par le recteur d’académie peuvent déroger aux dispositions du premier alinéa de l’article D. 521-2.
Le Conseil supérieur de l’éducation est tenu informé de la mise en place de ces expérimentations et des résultats de leur évaluation.

Le recteur d’académie arrête sa décision dans les conditions suivantes :
1° Lorsque la mesure d’adaptation envisagée intéresse l’ensemble de l’académie, après consultation du conseil académique de l’éducation nationale ;
2° Lorsque la mesure d’adaptation envisagée intéresse l’ensemble d’un département, après consultation du conseil départemental de l’éducation nationale ;
3° Lorsque la mesure d’adaptation envisagée intéresse un seul ou un nombre limité d’établissements scolaires, après consultation du conseil de l’école ou des écoles, du conseil d’administration du ou des établissements d’enseignement du second degré concernés.

Pour les décisions prises en application des 2° et 3°, le recteur d’académie peut déléguer sa signature au directeur académique des services de l’éducation nationale agissant sur délégation du recteur d’académie.

Sauf dans les cas où elles sont motivées par des circonstances non prévisibles, les décisions résultant de l’application des articles D. 521-1 à D. 521-4 sont arrêtées et rendues publiques un an au moins avant la date d’effet prévue quand elles concernent l’ensemble d’un département ou de l’académie.
Les dates des vacances scolaires, résultant le cas échéant de ces décisions, sont affichées dans les établissements scolaires.


 

Alerte météo orange

La Préfecture du Puy de Dôme vient de lancer une alerte de niveau orange pour le Puy de Dôme.

Attention aux vents violents jusqu’à 100 km/h sous les orages plutôt entre 14 et 20h. Et aux risques de grêle. ..

Plus d’informations sur le site météo France 63.

http://www.meteofrance.com/previsions-meteo-france/puy-de-dome/63

 

 

 

OLYMPIADES – Samedi 24 juin 2017 – Stade municipal de Thuret

Boulevard des Animations organise des olympiades ouvertes à tous

samedi 24 juin à partir de 15h

 

Inscriptions et renseignements aux 06 87 79 67 91 ou 06 88 71 86 14

ou sur la page Facebook de l’association : www.facebook.com/boulevarddesanimations

 

Tests de semis divers et fleurissement

Après le semis de deux allées du cimetière avec des graines de plantes qui pourraient s’installer, s’étaler sans envahir ni se ressemer, ne nécessitant qu’une ou deux coupes (les années pluvieuses), que nous validerons ou non en fin d’année, nous essayons une autre façon de procéder au square Madeleine de Chazelles.

 

Là il s’agit de concurrencer les herbes indésirables dans ce square (pissenlits… que nos techniciens continueront à supprimer) tout en permettant aux plantes adaptées de s’installer.

Normalement, ce duvet vert présent actuellement devrait se densifier sans pousser en hauteur, puis sécher dès les premières chaleurs, ne trouvant pas dans le stabilisé suffisamment d’humidité pour survivre. Puis à l’automne un nouveau cycle…

Sans gêner la circulation des poussettes ou des personnes en chariot, sans gêner les boulistes qui apprécient ce lieu… A voir !

Ce test reste un test qu’il faudra valider ou non !

Merci de nous donner votre avis, au fil des mois.

Avec vos regards, vos avis, nous déciderons de poursuivre, d’essayer d’autres variétés de plantes, ou de revenir à un stabilisé « propre » par coupage des plantules par une lame (la grande binette à roue) ou par pulvérisation de vinaigre par exemple.

De toute manière, il n’y aura plus de produit désherbant chimique sur cet espace public, comme l’exige la loi depuis le 1er janvier 2017.

A nous tous de concilier nos exigences et nos possibilités techniques et financières !

 

 

 

Des graines de fleurs à semer en pied de mur sont toujours disponibles en mairie. Vous pouvez semer ces graines devant chez vous, et entretenir cette partie au fil des saisons pour que ces fleurs (une vingtaine d’espèces dont de nombreuses vivaces) fleurissent les prochaines années.

Ces sachets de graines sont offertes par la mairie. Venez les demander !

et participez ainsi à l’embellissement de la commune qui est inscrite pour la quatrième fois au concours des villes et villages fleuris.

Merci !