Report du feu d’artifice qui n’a pu être tiré le 13 juillet

Le conseil municipal du 22 juillet dernier, après avoir pris connaissance des pénalités financières contractuelles, envisage de reprogrammer le feu en 2019, soit lors d’une manifestation d’envergure dans la commune, mais laquelle ?, soit de préférence le 31 décembre.

Si ce feu n’est pas tiré avant fin 2019, la commune supportera 50% de son coût (soit 785 €) sans prestation aucune. La société Pyragric, comme toutes les sociétés concernées, a vu bon nombre de feux « fête nationale » annulés à cause de la sécheresse et des risques élevés d’incendie. Impossible de négocier un report simple au 13 juillet 2020. Aucune négociation financière possible. C’est le contrat qui s’applique strictement.

Cela pose indéniablement la question de la programmation d’un feu les années prochaines pour la fête nationale. Chaleur et sécheresse deviennent la règle et rendent quasi impossible un tir en Limagne dans des conditions de sécurité optimales. Dans ces conditions, est-il raisonnable de prendre le risque de devoir payer la moitié du coût (la moitié de 1500 €) sans prestation aucune ? Ou en cas de report dans l’année 356 € de plus ?

Pour cette fois-ci, le conseil municipal, lors de sa cession du 22 juillet, propose de tirer ce feu le 31 décembre.

Il s’agit maintenant de travailler ce report avec tous ceux qui le désirent, dont les associations de la commune, pour qu’il soit agréable et permette à tous d’assister à un moment, particulier, en plein hiver. Enfin, d’après le calendrier. Un prochain conseil municipal en précisera son organisation.

Vous avez des propositions ? Faites le savoir en mairie.

La bibliothèque prend quelques jours de vacances et modifie ses heures d’ouverture

Bonjour à tous,

Pour votre information, les permanences du mois d’Août
seront modifiées :

Ouverture les mercredis et samedis de 10h à 12h

Fermeture du lundi 5 Août au lundi 19 Août

— Tous vos prêts sont repoussés jusqu’au 7 septembre —

Merci de votre compréhension,

L’équipe bénévole

Canicule, sécheresse, pollution. Le climat évoluerait-il ?

La préfecture du Puy-de-Dôme a émis ce mardi 23 juillet un message d’alerte pollution.

La procédure d’information-recommandation concernant la pollution atmosphérique est activée ce jour, le mardi 23 juillet 2019 à partir de 17 heures jusqu’à la diffusion du message de levée d’alerte.

Mardi 23 juillet, les conditions caniculaires se renforcent et restent propices à de fortes teneurs en ozone. Une vigilance jaune est activée sur le Puy de Dôme pour une prévision de dépassement de seuil demain mercredi 24 juillet.

Comme lors de l’épisode fin juin dernier, les masses d’air qui apportent cet air très chaud ont pu traverser des régions désertiques. On observe depuis hier une augmentation des taux de particules dans certains territoires de notre région qui pourrait être dû à cet apport.  Source : https://www.atmo-auvergnerhonealpes.fr/

Précautions à prendre en cas d’épisode de pollution à l’ozone (O3) :
– évitez les sorties durant l’après-midi lorsque l’ensoleillement est maximum ; 
– évitez les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions) en plein air ; celles peu intenses à l’intérieur peuvent être maintenues.

En cas de gêne respiratoire ou cardiaque, prenez conseil auprès d’un professionnel de santé.
Privilégiez des sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d’effort.

Alerte canicule de niveau 3

Source site de la Préfecture du Puy de Dôme : http://www.puy-de-dome.gouv.fr/le-puy-de-dome-en-vigilance-orange-canicule-a7784.html

Le niveau 3 « alerte » est déclenché lorsque les températures annoncées par Météo-France dépassent les seuils d’alerte, à savoir 19°C la nuit et 34°C durant la journée, pour une durée minimale de trois jours consécutifs.

En concertation avec tous les partenaires du plan de gestion canicule, la préfète du Puy-de-Dôme a décidé de déclencher les mesures suivantes :

  • Extension des horaires de la maraude entre 14h et 18h, puis de 20h à minuit pour les personnes sans domicile fixe,
  • Distribution d’eau au SIAO (Service intégré de l’accueil et de l’orientation) et à la PADA (Plateforme d’accueil des demandeurs d’asile),
  • Augmentation des capacités d’accueil des services d’urgences médicales dans le département selon l’activité,
  • Renforcement de l’information et de la vigilance dans le secteur de la petite enfance, dans les services sociaux, et dans les établissements scolaires.
  • Veille renforcée pour les personnes bénéficiaires de la téléassistance, renforcement de la vigilance dans les services d’aides à domicile.
  • Information et mobilisation des centres de loisirs, des établissements médico-sociaux et des hôpitaux pour garantir la sécurité sanitaire des personnes hébergées,
  • information des entreprises et rappel de leurs obligations légales.
  • Renforcement des contrôles de la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi), particulièrement dans les secteurs les plus concernés par le risque canicule (BTP, travaux public, emplois saisonniers extérieur…), afin de garantir la sécurité des travailleurs.

Par ailleurs, les proches, voisins et familles, des personnes âgées et / ou handicapées isolées sont invités à inscrire ces derniers sur le registre ouvert dans leur commune de résidence. Ce registre, dont la mise en place par les communes est obligatoire, permet une intervention ciblée des services sanitaires et sociaux auprès des personnes les plus fragiles.

Les recommandations

Le public est invité à suivre des conseils simples pour se protéger pendant les épisodes de canicule :

  • Se rafraîchir, par exemple en restant à l’intérieur des habitations, dans les pièces les plus fraîches et au mieux, dans un espace rafraîchi.
  • Se désaltérer, en buvant régulièrement et sans attendre d’avoir soif, au moins 1 litre et demi à 2 litres par jour, sauf en cas de contre-indication médicale.
  • Manger en quantité suffisante.
  • Éviter les activités extérieures nécessitant des dépenses d’énergie trop importantes (sports, jardinage, bricolage, etc.) .
  • Aider les personnes dépendantes (nourrissons et enfants, personnes âgées, personnes handicapées) en leur proposant régulièrement des boissons, même en l’absence de demande de leur part.

Transport d’animaux

Le transport d’animaux vivants est strictement réglementé. En période de canicule comme à toute autre période de l’année, l’article 3 du règlement CE 1/2005 prévoit que « Nul ne transporte ou ne fait transporter des animaux dans des conditions telles qu’ils risquent d’être blessés ou de subir des souffrances inutiles ».

Le Ministre de l’Agriculture a pris un arrêté qui stipule que pendant la période de canicule, le transport routier d’animaux vertébrés terrestres vivants, réalisé dans le cadre d’une activité économique est interdit de 13h00 à 18h00 dans tous les départements en vigilance orange ou rouge canicule. Le Puy-de-Dôme est donc concerné.

Cette interdiction ne s’applique pas :

  • si le véhicule est équipé de systèmes de climatisation, ou d’un double dispositif de ventilation et brumisation permettant de réguler les températures des animaux ;
  • si le transport concerne trois animaux ou moins ;
  • s’il s’agit de transport direct d’animaux à destination ou en provenance de cabinets ou de cliniques vétérinaires réalisé sur avis d’un vétérinaire ;
  • s’il s’agit de transport direct d’animaux vers un autre lieu de détention ou un abattoir autorisé par le préfet pour des raisons de protection animale.

Plus d’infos sur le site du Ministère

Feux

Compte tenu des fortes chaleurs et de ses conséquences sur l’environnement, il est demandé une vigilance toute particulière et un strict respect de la réglementation en vigueur pour prévenir les feux de forêt.

Les conseils pour éviter les incendies et se protéger

Eau

Depuis le 4 juillet, le Puy-de-Dôme est placé en d’alerte pour la sécheresse. Des restrictions d’eau s’appliquent sur tout le département. La période de canicule va aggraver la situation. Il est donc essentiel que tout le monde applique les mesures de restriction et adopte une consommation de l’eau économe et raisonnée pour préserver la ressource.

Lorsque la situation météorologique et sanitaire n’appellera plus de mesures particulières, le préfet, en lien avec l’Agence régionale de santé pourra décider d’abaisser le niveau du plan canicule. Jusqu’à cette décision, les mesures et les recommandations ci-dessus sont maintenues.

Pour plus de renseignements concernant le bulletin de vigilance météorologique émis par Météo France et obtenir les conseils de comportements à adopter, vous pouvez consulter :

Un numéro vert d’information du public est activé : 
canicule info service : 0800 06 66 66

Rencontre sportive USEP à Thuret – mardi 4 juin

Plusieurs classes de CE1/CE2 et CE2/CM1 des écoles de Thuret, St Sylvestre, Crevant Laveine et Luzillat participeront à une journée USEP de secteur demain mardi 4 juin dans les rues de Thuret, à l’école et dans le parc de la Maison Familiale.

Durant cette journée, les élèves feront une course d’orientation dans les rues de Thuret et découvriront des jeux comme « le parachute », le disque-golf, le kinball…
Pique-nique à l’école à midi.

Les rues concernées sont :

  • la rue St Limin
  • la rue des Roules
  • la rue St Bénilde
  • la rue du Château
  • la rue du Four

Je vous remercie de bien vouloir respecter la signalisation interdisant la circulation dans ces rues, entre 8h30 et 15h30, mardi 4 juin 2019. Et de prendre toute mesure permettant aux enfants et leurs accompagnants de profiter au mieux et en toute sécurité de ces activités.

Aménagement du cœur de bourg. Où en est-on ?

La réunion élus, commerçants de la commune, responsable des routes au Conseil Départemental, cabinet d’étude du 11 mars dernier a permis aux uns de présenter le projet et aux autres d’exprimer leurs très fortes inquiétudes.

Le projet est toujours pour

  • Sécuriser et favoriser les déplacements doux (piétons, poussettes, enfants, personnes âgées…) convergeant vers le centre-bourg, notamment des parking Madeleine de Chazelles et de la Marmite,
  • Diminuer fortement la vitesse des véhicules sur les RD210 et RD211
  • Conforter l’attractivité des commerces et services
  • Valoriser l’espace centre bourg, place de l’église, commerces, école et centre de loisirs, bibliothèque, mairie, tiers-lieu…
  • Valoriser l’église St Martin, classée

Les points de discussions ont exclusivement concerné le double sens de la rue de l’Eglise qui passerait en sens unique avec sortie vers la RD211 (route de Sardon) et les stationnements. Le besoin exprimé par les commerçants de la place, craignant que la rénovation du centre-bourg leur fasse perdre de la clientèle, est de ne pas réduire la largeur de la route pour permettre aux véhicules de stationner sur la voirie (en plus des parkings existants), leur permettant ainsi d’aller facilement dans leurs commerces, et donc l’obligation de garder le double-sens, puisque de fait un sens est souvent utilisé en stationnement. Et ne pas supprimer les places devant la croix, ou alors les remplacer par d’autres devant l’église.

Il est très difficile de projeter une évolution de la clientèle liée directement à la rénovation d’une place qui devrait pourtant être une chance pour l’attractivité du centre-bourg. Mais quelques lignes de force ont pu être discutées et validées :

Un exemple de bordure cc1 qui sera utilisée pour délimiter la voirie de la place de l’église
  • la place de l’église, du mur de l’église aux murs des maisons sera un espace « ouvert », quasi de plain-pied, facilitant tous les déplacements, y compris pour les personnes à mobilité réduite, les poussettes…
  • la seule distinction entre ce qui est actuellement le trottoir côté commerces et la rue sera une ligne de caniveaux de type cc1 c’est à dire à double pente, très peu profonds, de même niveau que le sol, contrairement à l’existant
    • cela permettra très facilement aux véhicules de se garer sur la partie « trottoir » très élargie, à toute proximité des commerces, et si possible sans ventouser l’espace.
    • la terrasse de la Taverne est bien sûr conservée.
  • le sens unique, refusé par les commerçants, pose le problème des habitants de Sardon qui viennent chercher leur pain. Impossible de tourner sur la place rénovée : sens interdit. Il est donc nécessaire de trouver au moins deux places sur la RD211 à proximité.
    • Ce sera chose faite devant la MFR avec la création de deux places.
  • l’interdiction de traverser la place en venant de Sardon, notamment pour les camions et semi-remorques, nécessitera de prévoir des emplacements camions et ensembles routiers sur la rue du Champ de l’Oie.
    • de fait, c’est déjà le cas, mais il faudra mieux délimiter les emplacements rue du Champ de l’Oie, sécuriser les bordures de rue, les tabourets… actuellement non prévus pour supporter de telles charges, et reprendre la voirie de la rue de l’Étang notamment à l’intersection avec la rue du Champ de l’Oie.
    • Les girations en sortie de la rue du Champ de l’Oie sur la rue des Dômes comme celle de la RD211 dans sa patte d’oie avec la RD210 sont étudiées et seront aménagées pour les ensembles routiers les plus gros (pas les convois exceptionnels) et les cars.
  • l’interdiction de circuler pour tout camion, semi-remorque… place de l’église est indispensable car la rue actuelle n’est pas capable de supporter de telles charges (souvent jusqu’à 40 tonnes), n’ayant pas été structurée à l’origine pour cet usage. C’est une voirie communale. La refaire dans toute sa structure pour la mettre aux normes coûterait très cher à la commune. Ce n’est pas raisonnablement envisageable. D’autant plus qu’il existe un moyen simple de ne pas l’utiliser en passant par l’intersection RD211-RD210.
  • La sortie de la place de l’église vers la RD210 (rue de la Limagne) ne présente pas la visibilité nécessaire à une sécurité normale. C’est pour cela que le sens de circulation de la place sera de la rue de la Limagne vers la rue des Dômes (de la RD210 à la RD211).
  • La suppression des quatre places actuellement au pied de la croix, devant l’église, correspond à la volonté de créer une perspective de vue vers l’église la plus intéressante possible. Aujourd’hui, l’église est enfermée par des arbres et des véhicules. On peut faire mieux !
    • Les commerçants ne voulant pas déroger sur cette question de places les plus proches possibles de leurs commerces, le cabinet d’étude LMP a proposé de créer quatre autres places de parking devant l’église, à droite de la porte d’entrée.
  • Dans le projet, six places de parking sont créées sur la RD210 le long de la mairie. Avec ces six places, même sans créer quatre places devant l’église en remplacement des quatre places supprimées, le nombre de places de parking au centre-bourg reste constant (six places sur la partie trottoir le long des commerces, six places sur la RD210, deux places en haut de la RD211 et huit places à l’emplacement du parking actuel, soit en tout 22 places).
  • actuellement, quasi chaque jour à midi, un véhicule au moins, et souvent bien plus, sont garés sur la voirie en face du restaurant alors que le parking a encore plusieurs places de libres.
    • Il faut dire aussi qu’aucune place PMR, sauf devant la mairie, n’est actuellement délimitée à proximité des commerces. Il faut absolument le prévoir. Mais tous ces véhicules « garés » sur la voirie n’ont probablement pas tous des conducteurs handicapés. C’est une habitude bien confortable pour certains, mais qui ne respecte pas les règles normales de stationnement ni celles du code de la route.
  • le besoin d’emplacements de parking lié aux événements cultuels (messes, cérémonies…) ne peut pas être pris en compte à ce niveau. Mais par contre, une place PMR proche des commerces et de l’église s’avère indispensable. Pas plus, malgré ces besoins occasionnels, car ne peuvent se garer sur une place PMR que les personnes en situation de handicap, titulaires de la carte mobilité inclusion, mention stationnement.
  • les massifs sont tous dans la ligne de ce que nous nous employons à mettre en place depuis 3 ans et qui nous vaut chaque année une récompense départementale (villes et villages fleuris : ma commune au naturel) et l’an dernier une récompense nationale (terre saine) :
    • des vivaces de production locales (dans la commune) et des bulbes qui se naturalisent,
    • du BRF que nous produisons en broyant nos tailles d’arbres,
    • pas d’arrosage sauf si besoin à la plantation,
    • aucun produit chimique,
      • pour un entretien annuel très limité, un effet agréable et varié au fil des saisons et une unité dans nos deux villages avec l’aide de plus en plus importante des habitants (vous pouvez toujours venir chercher gratuitement en mairie des graines de vivaces pour semer en pied de mur).

Le projet se poursuit, coporté par le département et la municipalité

Le projet actuel se situe dans le cadre indiqué ci-dessus, et aussi dans le respect de la réglementation, de l’esprit du projet qui est de faire du cœur de bourg un lieu partagé, vivant, le plus sécure possible, le plus accessible possible, le plus agréable possible, le plus pratique possible pour le plus de monde possible, tout en restant dans les limites des capacités financières de la commune, du conseil départemental et de leurs partenaires.

Il fera l’objet d’un projet d’aménagement qui sera soumis à l’avis de l’architecte des bâtiments de France. C’est seulement après cet avis que le projet sera opérationnel en prenant en compte les prescriptions données.

Premiers coups de pelle avant la fin de l’année 2019 pour une durée de six mois.

Le projet est-il encore modifiable ?

Oui, tant qu’il n’est pas au stade de projet défini. Vos contributions, par le moyen que vous choisirez, y compris passer en mairie, regarder les plans, étudier le projet, en discuter avec les élus, avec d’autres habitants… sont toujours les bienvenues.

Des éléments de sécurité sont ajustés : place des bancs de béton devant l’école, largeur et nombre de passages surélevés…

D’autres sont des options prévues et facilement ajoutables en cours de réalisation ou plus tard comme par exemple les feux tricolores devant l’école (les gaines sont prévues quel que soit le choix qui sera fait), demandés par les parents, mais pas souhaités par les services du conseil départemental ni par le cabinet d’étude, jugeant qu’il y a mieux à faire pour la sécurité des enfants.

La signalétique sera à travailler (commerces, services…) dans un projet global pour le village (dont artisans…).

Coût prévisionnel

  • Coût total HT prévisionnel à ce jour :
    • 700 000 €
      • 300 000 € pour la RD210 (voirie, cheminements et éléments de sécurité),
      • 130 000 € pour la RD211 (idem)
      • 100 000 € pour la voirie place de l’église (idem),
      • 170 000 € pour l’aménagement de la place
  • Dont 500 000 € à la charge de la commune soit
    • 100 000 € pour la voirie place de l’église (uniquement la bande de roulement),
    • 170 000 € pour l’aménagement de la place,
    • 230 000 € pour les aménagements des départementales autre que chaussée.
      • Des subventions viendront en déduction de cet investissement communal important (Etat, Conseil Départemental, Conseil Régional et peut-être Europe).
      • Le reste sera de l’autofinancement et un emprunt d’un montant maximum de 250 000 €.
  • Et 200 000 € à la charge du Conseil Départemental (uniquement la voirie départementale, structure et bande de roulement, sans les cheminements ou aménagements de sécurité comme les passages surélevés).
  • Les concessionnaires (électricité, Orange, gaz, eau, assainissement) ont eux aussi des coûts qu’ils prennent totalement (eau) ou partiellement en charge (mise aux normes, modification de branchements, suppression des réseaux aériens, deuxième phase de la mise en valeur lumineuse de l’église…) qui nécessiteront une participation du budget communal, probablement de l’ordre de 80 000 €.
  • Des travaux supplémentaires d’assainissement pour collecter les eaux de surface sur l’emprise des travaux et les envoyer directement au ruisseau permettraient d’alléger encore l’apport d’eau parasite qui perturbe, quand il est trop important, le fonctionnement de la station d’épuration du bourg, en dépassement de capacité théorique (et non réelle).