Les herbicides et produits de traitement

Les dispositions de la loi Labbé [n°2014-110 du 6 février 2014] modifiée par la loi sur la Transition Énergétique [n°2015-992 du 17 août 2015] prévoient l’interdiction au 1er janvier 2017 du recours aux produits phytosanitaires pour l’entretien de nos espaces verts, forêts, voiries ou promenades accessibles ou ouverts au public.

Le 22 juillet 2015, l’Assemblée nationale a adopté la loi de transition énergétique pour la croissance verte qui prévoit la mise en place de l’objectif zéro pesticide dans l’ensemble des espaces publics à compter du 1er janvier 2017  : interdiction de l’usage des produits phytosanitaires par l’État, les collectivités locales et établissements publics pour l’entretien des espaces verts, promenades, forêts, et les voiries.

La commercialisation et la détention de produits phytosanitaires à usage non professionnel seront interdites à partir du 1er janvier 2019. Cette mesure concerne tout particulièrement les jardiniers amateurs.

Les produits de biocontrôle, qualifiés à faible risque ou dont l’usage est autorisé dans le cadre de l’agriculture biologique peuvent être utilisés.

  • Les produits qualifiés « à faible risque » : composés de substances « à faible risque » au sens du règlement CE 1107/2009. Liste des substances consultable en ligne : http://ec.europa.eu/food/plant/pesticides/eu-pesticides-database/ . Au 30/05/2016 : 5 molécules (ou organismes) approuvés ; aucun herbicide.
  • Les produits utilisables en Agriculture Biologique : substances inscrites à l’annexe II du RCE 889/2008 (modifié par le RUE 354/2014). Liste des produits utilisables en France disponible sur le site internet de l’INAO (www.inao.gouv.fr). Aucun herbicide accepté.
  • Les produits de Bio-contrôle « listés par l’autorité administrative » : Les produits de bio-contrôle sont des macro-organismes auxiliaires (insectes, acariens…), des micro-organismes (virus, bactéries…), des médiateurs chimiques, ou des substances naturelles (d’origine minérale, végétale ou animale).

Deux listes de produits qualifiés de « biocontrôle » viennent d’être publiées par la Direction Générale de l’ALimentation (DGAL). Elles sont accessibles depuis les pages suivantes :


Comment faire ?

Notre commune s’engage dans une démarche visant à ne plus utiliser de produits herbicides ou « phytosanitaires ». Nous serons prêts pour 2017.

Plusieurs techniques et outils sont testés. Certains s’avèrent bien peu efficaces.

Nous essayons de mutualiser avec les communes environnantes nos essais, nos réussites, voire nos achats pour minimiser les coûts.

Les résultats sont pour le moment inégaux et le regard de certains habitants bien critiques. Mais des réussites s’engrangent, sur le terrain comme dans le choix et la mise en oeuvre de techniques et de matériels. Il faut aussi du temps pour que les semis de fleurs s’imposent et gagnent sur les herbes indésirables.

Il faut encore accepter toutes les imperfections actuelles, malgré toute l’énergie déployée par nos agents techniques.

On ne migre pas si vite d’un tout herbicide (souvent un mélange d’herbicide de contact et d’herbicide rémanent total) à un zéro herbicide ! Il nous faut être inventifs et patients !

 

Depuis l’automne dernier, nous

  • Recherchons les appuis techniques par des formations destinées aux élus et aux agents techniques
  • Intégrons, avec la commission fleurissement, en amont des projets d’aménagement ou de réorganisation des espaces les principes de gestion sans herbicide. Par exemple
    • engazonner les espaces faciles à tondre,
    • piocher avec des outils adaptés, y compris des lames derrière le mini-tracteur,
    • utiliser des appareils à choc thermique,
    • semer des bandes fleuries adaptées, notamment aux endroits où se nichent volontiers les herbes indésirables comme les pieds de murs,
    • planter des vivaces,
    • pailler, utiliser du BRF issu du broyage des branchages,
  • Sollicitons des appuis financiers (Agence de l’Eau…)
  • Communiquons auprès des habitants pour que chacun accepte mieux la présence de flore spontanée là où auparavant les herbicides la détruisaient, pour expliquer les choix techniques des agents (non nous ne voulons pas qu’ils ne fassent que piocher; mais certains endroits, qu’il faut identifier, il n’y a pour le moment pas d’autre alternative), pour expliquer les semis, les choix d’espèces (vivaces et annuelles), la conduite de la végétation…
  • Proposons des graines en mélanges adaptés aux pieds de mur, qui permettent aux habitants qui s’engagent à un minimum d’attention (enlever les quelques herbes indésirables qui viendront s’infiltrer, arroser en cas de sécheresse prolongée…), de semer devant chez eux et de profiter d’un fleurissement durable en participant activement à l’effort de tous pour que nos deux villages et les écarts soient les plus agréables possibles.

Merci de nous accompagner dans cette démarche et de conjuguer vos actions avec celles de nos agents.

 

Quelques vidéos de la FREDON Auvergne

 

 

 

Laisser un commentaire