La commune de Thuret est labellisée « Charte d’entretien des espaces publics » niveau 3 (maximum)

En cohérence avec le concours des villes et villages fleuris, depuis janvier 2016, les agents techniques n’utilisent plus aucun produit chimique. La commune est en « zéro phyto ».

Elus et techniciens, mais aussi vous tous, les habitants qui prenez votre part à ce beau projet d’entretien et d’embellissement de notre commune, nous testons de nouvelles manières d’entretenir les espaces publics, les places, les trottoirs, les bacs à fleurs, les massifs, le square, le cimetière, l’école, les fontaines, le lavoir… L’imagination, la créativité et aussi l’observation, la curiosité de comprendre – par exemple comment un pied de mur peut se comporter sans désherbant au fil des saisons et ce qu’il est intéressant de faire pour qu’il reste agréable – sont essentiels pour recréer des espaces publics fonctionnels, agréables, sains, et qui ne demandent ni beaucoup d’eau, ni énormément de travail, et aucun produit. Il ne s’agit pas de manier la pioche toute l’année !!!

 

Le travail des agents et de nous tous a été reconnu par le jury des villes et villages fleuris qui nous a fait le plaisir de nous donner un prix départemental qu’il nous faudra bonifier en 2018 pour aller vers une première fleur dans quelques années (2 ans ? 3 ?) et qui nous a conduit à signer cette charte d’entretien des espaces publics au niveau 3, le maximum, reconnaissant l’absence totale de produits chimiques dans les espaces publics.

L’obtention de ce 3ème niveau nous a permis de postuler au label national « Terre saine » du ministère de l’environnement.

La suite ?

Poursuivre l’embellissement de la commune, penser vivaces de préférences au tout annuelles, adapter, comme dans le cimetière, les espèces et les lieux, tester de nouvelles techniques (parfois en faire ressurgir d’anciennes comme le paillage par du BRF par exemple), chercher les belles plantes, les belles fleurs qui s’adapteront bien et s’installeront durablement, partager avec d’autres communes nos expériences, nos réussites et nos échecs, communiquer avec vous sur ce qui marche, sur des façons de faire…

Maintenant, nous savons que c’est possible, que ce n’est pas plus coûteux pour la commune, que les résultats peuvent être magnifiques, que sans produit, c’est beaucoup plus sain pour tout le monde, à commencer par les enfants, et qu’il reste encore beaucoup à faire !

Et tout cela avec vous !

Des graines « pied de murs » sont toujours à votre disposition. Des conseils peuvent vous être donnés par l’équipe technique ou les élus en charge de ce travail au long cours.

N’hésitez pas !

Embellissons-nous !

Communes-Ceremonie-Bellenaves-2018

Ceremonie-labellisation-Bellenaves-mars2018

Des jardins partagés à Thuret

Vous êtes intéressé(e) par un jardin partagé ?

Vous voulez cultiver des légumes naturels ?

Vous voulez vous retrouver avec d’autres jardiniers amateurs pour partager expériences, semis, plants… ?

 

Un jardin partagé c’est quelques dizaines de m² de jardin, loués symboliquement et annuellement à la commune de Thuret, dans un espace communal qui regroupe plusieurs jardins.

C’est aussi une charte d’usage, proposée par les initiateurs du projet et révisable chaque année. Dans cette charte il y a les idées de jardiner au naturel, de partager, de produire des fruits et légumes pour se nourrir, d’échanger.

? ce sera une parcelle quasi enclavée proche du lotissement du Courniolet pouvant accepter au moins dix parcelles de 60 m².

Pour qui ? pour toute personne, toute famille de la commune, locataire ou propriétaire, désirant s’impliquer dans cette démarche en respectant la charte.

Comment ? se renseigner en mairie.

Quand ? dès le 1er juin 2016.

La charte déontologique des élus locaux (31 mars 2015)

Une charte déontologique pour les élus locaux

Article mis en ligne le 8 avril 2015 selon la réglementation en vigueur à cette date.

Les élus locaux sont les membres des conseils élus au suffrage universel pour administrer librement les collectivités territoriales dans les conditions prévues par la loi. Ils exercent leur mandat dans le respect des principes déontologiques consacrés la charte de l’élu local. (CGCT, art. L.1111-1-1). Cette définition de la fonction d’élu local vient d’être publiée dans la loi du 31 mars 2015 visant à faciliter l’exercice, par les élus locaux, de leur mandat. Elle préfigure, parmi d’autres dispositions, la mise en place d’une charte de l’élu local issue de la même loi.
La Charte de l’élu local comporte sept articles qui prévoient que :
1. L’élu local exerce ses fonctions avec impartialité, diligence, dignité, probité et intégrité ;

2. Dans l’exercice de son mandat, l’élu local poursuit le seul intérêt général, à l’exclusion de tout intérêt qui lui soit personnel, directement ou indirectement, ou de tout autre intérêt particulier ;

3. L’élu local veille à prévenir ou à faire cesser immédiatement tout conflit d’intérêts. Lorsque ses intérêts personnels sont en cause dans les affaires soumises à l’organe délibérant dont il est membre, l’élu local s’engage à les faire connaître avant le débat et le vote ;

4. L’élu local s’engage à ne pas utiliser les ressources et les moyens mis à sa disposition pour l’exercice de son mandat ou de ses fonctions à d’autres fins ;

5. Dans l’exercice de ses fonctions, l’élu local s’abstient de prendre des mesures lui accordant un avantage personnel ou professionnel futur après la cessation de son mandat et de ses fonctions ;

6. L’élu local participe avec assiduité aux réunions de l’organe délibérant et des instances au sein desquelles il a été désigné ;

7. Issu du suffrage universel, l’élu local est et reste responsable de ses actes pour la durée de son mandat devant l’ensemble des citoyens de la collectivité territoriale, à qui il rend compte des actes et décisions pris dans le cadre de ses fonctions.

Cette charte établit un cadre déontologique destiné à préciser les normes de comportement que les élus locaux doivent adopter dans l’exercice de leurs fonctions et que les citoyens sont en droit d’attendre de la part de leurs représentants. Le contenu de la charte se présente comme le rappel du droit en vigueur et des principes démocratiques que doivent respecter les élus investis de la confiance de leurs électeurs. Il s’agit d’offrir aux membres des assemblées délibérantes locales toute l’information nécessaire à l’exercice de leur mandat électif.
La loi prévoit que lors de la première réunion du conseil municipal, immédiatement après l’élection du maire et des adjoints, le maire donne lecture de la charte de l’élu local et en remet une copie aux conseillers municipaux (CGCT, art. L.2121-7). Ces dispositions sont aussi applicables aux EPCI à fiscalité propre que sont les métropoles, les communautés urbaines, les communautés d’agglomération et les communautés de communes (CGCT, art. L.5211-6).
La loi du 31 mars 2015 comporte d’autres dispositions qui ont pour conséquence d’améliorer le statut des élus locaux en ce qui concerne le régime indemnitaire, notamment des maires des communes de moins de 1000 habitants, le crédit d’heures, les garanties de maintien dans leur emploi, et la création d’un véritable droit individuel à la formation. Si certains aspects de la loi peuvent connaitre une entrée en vigueur différée, la mesure relative à la Charte de l’élu local est d’application immédiate (cf. loi n° 2015-366 du 31 mars 2015, JORF, 1 avril 2015, p 5921).

charte_elu_local