La détection de métaux est soumise obligatoirement à deux autorisations

> Celle du propriétaire du terrain

> Et celle de l’état

L’article L. 542-1 du code du patrimoine énonce que « nul ne peut utiliser du matériel permettant la détection d’objets métalliques, à l’effet de recherches de monuments et d’objets pouvant intéresser la préhistoire, l’histoire, l’art ou l’archéologie, sans avoir, au préalable, obtenu une autorisation administrative délivrée en fonction de la qualification du demandeur ainsi que de la nature et des modalités de la recherche ».

Cette réglementation a pour objet de protéger les gisements archéologiques car ceux-ci ne livrent des informations historiques complètes que s’ils n’ont pas été altérés.

Dès que l’on entreprend des recherches à l’aide d’un détecteur de métaux, le signal émis en présence d’un objet métallique incite à creuser le sol pour le dégager, ce qui l’isole de son contexte archéologique. On perd ainsi toute possibilité de le dater grâce à la stratigraphie et de tirer des conclusions à partir de la disposition des objets dans les couches archéologiques. L’acte de creuser est assimilable à une fouille non autorisée et donc susceptible de poursuites au titre du code du patrimoine et du code pénal.

La détection n’est pas un loisir.

La demande d’autorisation est à formuler en ligne.

Contact à la DRAC Grand Est

Service régional de l’archéologie

Pour toute demande de renseignements complémentaires, merci d’utiliser le formulaire de contact de la DRAC, avec pour l’objet « Archéologie : détecteurs de métaux » et en spécifiant le département du Puy de Dôme.

Formulaire de contact

Source : Ministère de la Culture