Rénovation des volets de la mairie

Les salariés du chantier d’insertion de la communauté de communes ont déposé les 19 paires de volets de la mairie actuelle.

Sablage, réparation ou remplacement des lames abîmées, scellement des gonds et des arrêts… Peinture gris clair quasi identique.

Ils travaillent.

L’insertion par l’activité économique permet à des personnes loin de l’emploi de retrouver les gestes professionnels qu’ils connaissaient, le rythme du travail, le respect des consignes, le respect d’eux-mêmes et des autres, le goût du travail bien fait… Ils travaillent aussi leur réinsertion professionnelle par des stages en entreprise, des formations, des entretiens professionnels, des remises à niveau…

Leurs encadrants techniques et sociaux les accompagnent durant toute une année sur ce chemin difficile.

En leur permettant de réaliser des travaux, utiles pour les collectivités, qui se voient et que nous apprécions, nous contribuons en le leur disant bien sûr, ou tout simplement en s’intéressant à ce qu’ils font, comment ils le font… à leur redonner la confiance qu’ils avaient plus ou moins perdue et la fierté du travail bien fait.

Plusieurs d’entre eux cherchent un stage chez un artisan, dans une entreprise locale. N’hésitez pas : proposez ! C’est gagnant gagnant.

2016-04-06 09.48.35 2016-04-06 09.48.45 2016-04-06 09.48.46 2016-04-06 09.52.59 2016-04-06 09.53.15 2016-04-06 09.53.16

Brèves de début mars

  • Le chantier de la nouvelle mairie avance conformément au planning. Aujourd’hui, après celle du rez-de-jardin puis celle du rez-de-chaussée, la dalle du 1er étage est coulée. 80 tonnes de béton…  Bien évidemment le chantier est absolument interdit au public. Tout le bâtiment est étayé : rez-de-chaussée et rez-de-jardin. Le danger est grand !
  • Le chantier d’insertion commence la rénovation complète des volets de la mairie actuelle. Le chantier durera au moins deux mois pour la rénovation complète des 19 fenêtres. Les salariés du chantier travaillent dans le four banal ou devant, selon les conditions météorologiques.
  • L’enquête publique sur le zonage d’assainissement se déroulera en mairie du jeudi 31 mars au lundi 2 mai 2016 aux jours et heures habituels d’ouverture de la mairie. Le commissaire enquêteur assurera trois permanences, jeudi 31 mars de 14 à 17h, mardi 26 avril de 8h30 à 11h30, lundi 2 mai de 14h à 17h. L’ensemble des documents sera consultables et téléchargeables sur le site prochainement. Cette enquête nous permettra de demander à l’Agence de l’eau Loire-Bretagne et au Conseil Départemental toutes les subventions dont la commune peut bénéficier pour remplacer la station d’épuration de Chassenet, inopérante depuis cinq ans et qui contraint la Direction Départementale des Territoires qui instruit les dossiers d’urbanisme à refuser actuellement tout nouveau permis de construire.
  • Des problèmes récurrents de chauffage des vestiaires du foot rendent difficiles entraînements et matchs. Nous essayons de résoudre ce dysfonctionnement le plus rapidement possible. Même si les sportifs qui fréquentent le stade sont prêts à tout pour s’entraîner et gagner leurs matchs, nous savons que ces conditions parfois spartiates ternissent l’image de la commune à chaque réception d’équipes.
  • La sonnerie des heures au clocher de l’église sera réparée courant avril.
  • Nous travaillons avec les techniciens du Conseil Départemental au projet de rénovation complète de la traverse de Thuret (RD210). Ce projet, déjà par deux fois à l’étude ces dernières années, lourd techniquement et surtout financièrement, est important pour tous : la vitesse dans le bourg reste élevée malgré les marquages au sol qui ont réduit les dépassements de manière importante, et les radars pédagogiques qui nous permettent (ainsi que la gendarmerie) de repérer les dépassements de vitesse et d’agir… Il est plus que temps maintenant de repenser les cheminements le long de cette départementale classée, de les sécuriser, de favoriser les déplacements à pied ou en vélo, de penser les emplacements de parking… de sécuriser toujours plus les entrées et sorties de l’école, de faire diminuer la vitesse sur les routes annexes d’entrée à Thuret (D12 rue du Pré du Moulin et D107 rue de Malbourget) où les vitesses relevées sont beaucoup trop grandes.
  • La prochaine mairie maison des services comprendra un espace bibliothèque et un tiers lieu permettant à des créateurs d’entreprise, à des télétravailleurs, de se retrouver dans des conditions de travail performantes. Merci de vous signaler en mairie si vous êtes intéressé (e – s) soit pour donner un peu de votre temps pour réfléchir et monter le projet de point bibliothèque avec les responsables de la médiathèque intercommunale et les élus, soit pour nous dire que le tiers-lieu vous intéresse.
  • Le vieux fourgon de la commune a terminé son travail. Il ne peut plus franchir les épreuves du contrôle technique prévues à la fin du mois. Un Peugeot Partner d’occasion, entièrement révisé et remis en bon état de marche, tolé et logotypé, lui succède. Nos techniciens ont maintenant les véhicules nécessaires au bon déroulement de leurs tâches.

La collecte textile s’organise dans la commune !

Chaussures ou vêtements trop petits, démodés, assez vus ? Vous ne les portez plus ?

Ne les laissez pas s’entasser dans vos armoires et surtout ne les jetez pas à la poubelle ! Glissez-les plutôt dans les conteneurs du Relais implanté entre l’atelier municipal et le cimetière, dans la côte de La Croix Blanche.

 

Recyclés ou portés par d’autres, vos dons peuvent créer des emplois et commencer une deuxième vie solidaire.

2015-01-27 10.22.25 Le Relais

Dans ces conteneurs vous pouvez déposer vos sacs contenant des vêtements, du linge de maison, des chaussures, de la petite maroquinerie (sacs à main, ceintures).

Afin de préserver la qualité de vos dons et leur assurer une seconde vie, nous vous remercions de respecter quelques consignes :

  1. Utiliser des sacs de 30 litres (afin qu’ils puissent entrer dans les conteneurs).
  2. Veiller à toujours bien fermer ces sacs (pour ne pas qu’ils se salissent, ne pas déposer les vêtements en vrac ou dans des cartons).
  3. Donner des vêtements secs. Les vêtements souillés (peinture, graisse), mouillés et moisis ne sont pas recyclables.
  4. Attacher les chaussures par paires.
  5. Si le conteneur est plein, ne pas déposer les sacs par terre car ils risquent d’être volés ou abîmés. Contacter le numéro indiqué sur le conteneur.

 

En déposant dans les conteneurs du Relais vos vêtements, chaussures vous faites un petit geste pour une grande cause ! Vous participez à la protection de l’environnement, et surtout, vous contribuez à l’insertion de personnes en difficulté.

 

L’économie sociale et solidaire, l’ADN du Relais

Membre d’Emmaüs France, le Relais agit depuis 1984 pour l’insertion de personnes en situation d’exclusion, par la création d’emplois durables. Pour ce faire il a créé un modèle d’entreprise innovant sur le plan social, l’Entreprise à But Socio-économique (EBS) qui place l’économie au service de l’Homme. La performance économique n’y constitue pas une finalité, mais un moyen de servir le plus grand nombre, en créant des emplois destinés à des personnes en situation d’exclusion et peu qualifiées. Au total ce sont plus de 1 900 emplois qui ont été crée en France.

 

En donnant au Relais, vous soutenez ainsi l’action d’une entreprise pas comme les autres, qui est mobilisée depuis 30 ans dans la lutte contre l’exclusion et qui crée de l’emploi durable, grâce à vos dons.

 

Merci aux différents partenaires publics et privés qui nous font confiance

 

Pour en savoir plus sur les activités du Relais : www.lerelais.org

Contact Presse :

Violaine FAURE – 06 33 17 54 24

v.faure@lerelais.org

Deuxième dégradation sur une fontaine en cours de rénovation

Deuxième dégradation sur une fontaine en cours de rénovation

20140829_stpierre1 20140829_stpierre2

Après une destruction des bancs de la fontaine de Bussègles, les pierres jetées dans le bassin, avec de la casse,  j’ai déposé une plainte au nom de la mairie à la gendarmerie d’Aigueperse.

De nouveau, pour les dégâts causés à la fontaine Saint Pierre, il y a trois jours,  je dépose une plainte au nom de la mairie.

Si d’autres faits délictueux se produisaient, ce serait systématiquement, automatiquement le cas, avec toutes les conséquences pour les auteurs.

Il faut que les casseurs inconscients sachent que leurs dégâts ont un coût pour la collectivité,  non pris en charge par les assurances mais par les impôts des habitants de la commune. Parfois ce qu’ils détruisent n’est pas remplaçable : les pierres en place depuis plusieurs centaines d’années ne peuvent être remplacées à l’identique.

Il faut que les parents de ces casseurs, s’ils sont mineurs, sachent qu’ils seront comptables de ces dégâts.

Il n’y a aucune raison que la mairie laisse faire et paie ou laisse se dégrader et disparaître son petit patrimoine qui non seulement témoigne de la vie passée, mais constitue aussi un lieu agréable de balade, un attrait pour les habitants et les visiteurs..
Ce ne sera pas le cas !

D’autant plus qu’elle fait l’effort de rénover ces trois fontaines et de les intégrer dans son schéma de fleurissement pour les rendre encore plus agréables.

Le travail des salariés du chantier d’insertion en charge avec nos employés communaux de cette rénovation est important et apprécié par tous. Respectons-le !

Les gendarmes recherchent activement les auteurs.

Pierre LYAN, maire

 

 

Bussègles au début de l’été

bussegles3