Comment se déroulera la rentrée scolaire ce lundi 4 septembre ???

Evidemment pas bien. Pas bien du tout !!!

4 emplois manquent. Les 4 emplois aidés supprimés en application stricte par la Préfecture des choix du gouvernement.

Impossible lundi d’assurer les garderies du matin et du soir.

Impossible lundi d’assurer le repas de midi.

Mais un service minimum d’accueil est organisé pour les familles dans l’impossibilité de faire autrement.

 


Je demande aux familles de s’organiser pour si possible qu’aucun enfant ne vienne à l’école avant l’ouverture du portail à 8h20 ou ne reste après 16h30 ce lundi 4 septembre, jour de rentrée.

Et si vous n’avez pas la possibilité de le récupérer de 11h30 à 13h20, préparez-lui un repas froid dans un sac. Des agents de la collectivité et des élus assureront leur sécurité.

Un service minimum de garderie aux heures habituelles est organisé pour les parents qui n’ont vraiment aucune solution.

L’école sera bien ouverte aux heures habituelles et l’équipe enseignante bien présente.

La rentrée sera normale pour les enfants.


Lundi matin, je vous demande, parents, enseignants, élus, agents de la collectivité, élèves, amis de l’école… de vous rendre devant l’école pour faire masse. Madame la députée, Christine PIRES-BEAUNE, sera présente vers 10 h et a convié des médias (La Montagne, France 3 Pays d’Auvergne…) à venir constater, dans notre village de Limagne, combien cette décision de supprimer les emplois aidés, juste avant la rentrée scolaire, déstabilise et impacte fortement et irrémédiablement les services dans et autour de l’école.

Ce moment fort nous permettra de montrer qu’une décision qui peut sembler cohérente détruit en cascade des services indispensables dans nos écoles de campagne.

Tout ce qui vous semble utile pour faire comprendre, donner à voir… est le bienvenu (affiches, textes, témoignages, questionnements, banderoles…)


Cohérente ? Non !

Car à Thuret, TOUS les emplois aidés ont bénéficié depuis des années d’au minimum une formation de base, le BAFA; et depuis 2014, en plus du BAFA, de formations qualifiantes (CAP petite enfance, CQP animation périscolaire…) et d’accompagnement vers un emploi durable.

Et ça marche !

La preuve :

Les deux emplois aidés dont le contrat se termine le 31 août 2017 seront en poste dès demain, 1er septembre, dans d’autres collectivités et sur un emploi durable.

Le directeur du centre de loisirs et son adjointe ont aussi débuté professionnellement en emploi aidé; comme beaucoup d’autres. N’est-ce pas de belles réussites ?

C’est exactement le contraire de ce qui motive Madame la Ministre du Travail dans sa décision de supprimer le dispositif emplois aidés qu’elle juge inefficace et trop cher.


Les deux autres emplois aidés dont les contrats se terminent aussi le 31 août mais qui auraient dû être renouvelés pour un an réfléchissent à la proposition que nous leur avons faite : un CDD annualisé sur 10 mois de 12 h à 15 h par semaine (ou de 10 à 13 h annualisé sur l’année !). Un temps plein, c’est 35 heures… Impossible de leur proposer plus : nous avons besoin de personnels dans des temps courts, chaque jour (cantine, TAP) ! Et en supprimant le poste d’agent maternel qu’elles se partageaient, les temps de travail deviennent morcelés, de 7h30-8h20, 11h30-13h20, 15h30-16h30, à 16h30-18h30…

Moins de travail, moins de motivation, moins d’interactions école – périscolaire… Ce sont les enfants qui vont les premiers en souffrir.

Et quid des formations engagées ??? La commune avait pris l’engagement de les financer, dans le cadre du dispositif emploi aidé – l’état aide la commune, et la commune aide le salarié à acquérir une formation qualifiante. Mais le fera-t-on sur des CDD classiques qui ne demandent rien ??? sans aucune contrepartie financière, sans aucune aide ?

Où sont les avantages de cette réforme ?

 


Si l’une des personnes sollicitées pour ces trois postes à temps très très partiels n’accepte pas ce qui lui est proposé, nous serons dans l’impossibilité d’assurer les services périscolaires ou / et la cantine au niveau attendu dans les jours suivants, en attendant de recruter quelqu’un qui veuille bien travailler si peu !!!


 

D’autre part la Maison Familiale et Rurale de Thuret avait jusqu’alors 5 personnes en contrat aidés; toutes non renouvelées à la date anniversaire de leur embauche. L’une d’entre elle travaille en cuisine notamment pour assurer les repas des enfants de l’école. Son contrat s’achève fin septembre. La Maison Familiale trouvera-t-elle les moyens de financer son poste pour poursuivre le service alors que 4 autres postes manquent pour assurer la formation et l’encadrement des jeunes dont elle a la charge ???

Si ces moyens ne sont pas là, on ne va pas passer le prix du repas à 6 € ou plus pour compenser !

Il faudra donc rédiger un cahier des charges pour réaliser conformément au code des marchés publics un appel d’offre, choisir le prestataire, respecter les délais légaux, le formalisme de la démarche… Deux mois minimum… plutôt trois ! et que fait-on en octobre voire novembre pour assurer les repas ???

 

Lundi nous en aurons des choses à confier à notre députée pour qu’elle les porte directement aux oreilles de nos ministres.

 

Lundi 4 septembre vers 10h00 devant l’école !

Merci

Pierre LYAN

Maire

Enquête sur les besoins d’accueil du jeune enfant (0-3 ans) sur le territoire de la Communauté de communes Plaine Limagne (25 communes)

La communauté de communes Plaine Limagne a saisi la Caisse d’allocations familiales pour évaluer les besoins de la population en matière d’accueil du jeune enfant (0-3 ans) sur son territoire. L’étude est conduite pour l’ensemble des habitants allocataires des 25 communes composant la communauté de communes Plaine Limagne à compter du 27 mars 2017.

Vous pouvez répondre à cette enquête en flashant le QR-Code ci-dessous ou sur l’affiche.

 

 

 

 

 

Affiche CCPL enquete CAF