L’école, le périscolaire, la restauration scolaire s’adaptent en continu à l’épidémie covid-19

Dès la rentrée de septembre, l’équipe enseignante et l’équipe périscolaire du Pôle Enfance ont travaillé de concert aux protocoles sanitaires pour une cohérence tout au long de la journée de l’enfant.

Le protocole sanitaire national est parfaitement respecté.

Sa traduction pratique contextualisée à l’école publique Marcel Balny est mise en place de manière harmonisée et continue par les deux équipes.

  • Cette semaine, le cloisonnement en restauration scolaire mis en place depuis la rentrée en deux services a été renforcé : chaque classe constitue un groupe de restauration séparé par des claustras.
  • En cette fin de semaine, le cloisonnement en espaces de jeux dans la cour, durant le temps scolaire comme les temps périscolaires, respecte les groupes classes.
  • La semaine prochaine, les TAP évolueront vers le respect des groupes classes. Discussion avec les enfants dès lundi en ateliers TAP, organisation, puis mise en place des nouveaux groupes pour l’atelier suivant, jeudi.
  • Les temps périscolaires du matin comme du soir respectent le mieux possible le cloisonnement en groupes classe, tout en ne laissant jamais un enfant seul !
  • Le transport scolaire respecte lui-aussi le protocole sanitaire : un siège d’espace entre chaque enfant, même si au sein des fratries, la nécessité n’est pas là.

A tout moment, les directrices de l’école et du périscolaire peuvent identifier avec précision le ou les groupes dans lequel évolue chaque enfant tout au long de chaque journée. Plus le cloisonnement entre chacun de ces groupes est respecté, plus le risque, en cas de contagion, est réduit au groupe concerné.

  • Le nettoyage des locaux, surfaces horizontales, verticales, objets, robinets, toilettes… est fait chaque jour par l’équipe d’entretien avec un produit virucide normé (la dernière norme !) en respectant strictement les conditions d’utilisation. Gel hydroalcoolique (non conseillé aux enfants car perturbateur endocrinien), spray virucide et lingettes changées chaque jour sont à disposition des adultes en chaque lieu.
  • La consommation de papier essuie-mains, qui a remplacé dès la reprise de mai les serviettes en tissu, est considérable ! Mais c’est probablement la moins mauvaise solution pour que chaque enfant se lave les mains à chaque changement de lieu avec la meilleure sécurité possible. Notamment avant de passer à table !
  • Les adultes, tous les adultes, portent en continu un masque normé.

Bref, l’épidémie continue, mais nous aussi nous continuons, avec sérénité, professionnalisme et dans une très grande rigueur.

Merci aux parents de donner aux personnes concernées (enseignantes, animatrices et directrices) toutes les informations concernant cette maladie (présence de cas contact dans l’entourage, test en cours, signes possibles de la maladie ou cas avéré…) pour que nous puissions ajuster les protocoles et conserver l’activité scolaire comme les activités périscolaires dans les meilleures conditions possibles pour tous.

En cas de personne positive au test covid-19, enfant comme adulte (enseignant, animatrice, intervenant, parents), l’ARS décidera du protocole que nous devrons appliquer.

Pour le moment, et pour la plus grande joie des enfants, et de leurs parents, école et périscolaire fonctionnent parfaitement.

Continuons ! avec sérieux et dans la sérénité.

Une troisième classe ouvre ce mardi

Avec un remplaçant, cette 3ème classe ouvre enfin, sur la base d’un protocole organisationnel et sanitaire identique au précédent, mais prenant en compte sept ou huit élèves de plus. 22 à 24 élèves sur 140 seront donc scolarisés (15 actuellement).

Les familles concernées ont été prévenues par l’école.

Si certains d’entre vous ne trouvent pas de solution de garde, appelez l’école au 04 73 97 96 16 ou la mairie 04 73 97 91 58 pour tenter de trouver une solution.

Dès début juin, sauf consignes gouvernementales différentes, l’école sera en mesure de fournir aux parents demandeurs une attestation de non scolarisation de leur enfant à destination de leur employeur.

L’école a repris ce jeudi

Deux classes ont accueilli une quinzaine d’élèves lors de ce jour de rentrée si particulier.

Avec difficultés et engagements !

Difficultés dues à l’absence de quatre enseignantes sur six,

Difficultés dues aussi aux conditions strictes d’accueil :

  • distance minimale d’un mètre entre chacun,
  • 4 m² par élève en classe comme en centre de loisirs ou en salle de restauration,
  • 15 enfants au maximum par groupe,
  • cloisonnement des groupes pour mieux identifier les personnes contacts en cas de contagion COVID,
  • masques pour tous les adultes,
  • reconfiguration des missions de chaque agent,
  • passages fréquents de virucide,
  • formation à ce nettoyage régulier et impliquant,
  • organisation des temps périscolaires en fonction des besoins des familles et des possibilités,
  • de la restauration en fonction des besoins et des possibilités du prestataire,
  • du transport scolaire…

Il y a dix jours, j’ai demandé à l’inspection de l’éducation nationale de bien vouloir pourvoir aux remplacements des enseignants absents pour que l’école puisse remplir sa mission. L’inspectrice a pu remplacer une seule enseignante; les enseignants en autorisation spéciale d’absence (ASA) ne sont pas remplacés puisqu’ils assurent leur travail de chez eux.

L’école passera de deux classes à trois mardi 19 mai. Le nombre de classes ouvertes dépend totalement de la présence ou non des enseignants, agents de l’état.

Le périscolaire, sous responsabilité communale, est opérationnel, avec la totalité de ses agents (merci à toutes), et répond aux besoins des familles le mieux possible, tout en respectant les consignes sanitaires exigeantes du protocole du ministère de l’éducation nationale.

L’engagement de chacun est très grand pour l’intérêt des enfants présents, sans oublier les enfantys restés à la maison.

Ce fonctionnement à trois classes sera je l’espère requestionné pour le mois de juin. Aura-t-on une quatrième classe (= un quatrième enseignant) ? Plus ? Et dans ce cas, comment faire pour respecter à la lettre les protocoles sanitaires gouvernementaux ?

Il serait bon que l’éducation nationale puisse apporter aux communes le maximum d’informations préalables pour qu’elles puissent organiser au mieux une montée en charge du nombre d’enfants accueillis dans ses locaux.

La rentrée scolaire sera jeudi 14 mai

L’école reprendra très modestement un fonctionnement pour une quinzaine d’enfants répartis en deux groupes classes.

Deux enseignantes seront présentes.

Les parents des élèves accueillis ont été prévenus par les enseignantes. Des désistements permettent à d’autres de profiter de cette reprise. Contacter l’école pour toute demande.

Les protocoles envoyés par les enseignantes sont très exigeants. ils doivent permettre une sécurité des personnes, enfants comme enseignants.

L’équipe des agents municipaux est au complet, ATSEM et agent maternel durant le temps scolaire, équipe de restauration, équipe d’animation. Les tâches de nettoyage et désinfection seront denses, fréquentes, poussées, avec des produits virucides de dernière génération, normés, pour permettre la plus grande sérénité de tous. Leur souci permanent, outre la sécurité sanitaire des enfants (et de tous), est de rendre le plus agréable et profitable possible la présence des enfants dans chacun des temps périscolaires.

Tous les protocoles et consignes officiels seront strictement respectés.

Les parents sont actuellement contactés par l’équipe d’animation pour organiser les temps périscolaires qui fonctionneront tous, si vous en avez besoin.

Les inscriptions aux repas se fera comme d’habitude.

Les mercredis après-midis fonctionneront dès le 20 mai.

Si d’ici jeudi 14 mai, jour de reprise de l’école, des parents tous deux avec des professions reconnues indispensables qui pensaient pouvoir mettre leurs enfants en classe dès demain mardi 12 se retrouvent en difficulté de mode de garde, appeler la mairie ou la directrice du centre de loisirs pour trouver une solution.

Le deuxième temps de la reprise sera début juin, avec, je l’espère, plus de classes ouvertes pour toujours un nombre restreint d’enfants.

Bon courage à chacun d’entre vous pour cette reprise si compliquée ! Soyez prudents.

Grève jeudi 20 février 2020. Des conséquences sur l’organisation du périscolaire

ATTENTION : le mot d’ordre national de grève de jeudi 20 février sera très probablement fortement suivi par les salariés de la commune de THURET.

Les services du Pôle Enfance (périscolaire du matin, restauration scolaire, TAP et périscolaire du soir) seront très probablement supprimés.

La décision sera prise dans la matinée de demain mardi 18 février.

Information sera donnée à toutes les familles par un mot dans le cahier de liaison, affichage sur les portails de l’école et du centre de loisirs et sur le site Internet ainsi qu’à l’équipe enseignante.

Pensez à vous abonner aux mises à jour du site (colonne de droite du site). Vous recevrez ainsi un courriel à chaque nouvelle parution.

ALSH périscolaire. Les informations 2019-2020

Les mercredis après-midi à Thuret passent sous responsabilité communale

De nouveau, comme l’été dernier pour les contrats aidés, le gouvernement modifie les règles qui organisent le périscolaire.

Une majorité d’écoles et de communes a choisi de demander une dérogation pour passer d’une semaine à 4 jours et demi à une semaine de quatre jours avec le mercredi libre. Voir l’article sur ce sujet http://thuret.info/?p=95935 .

La communauté de communes Plaine Limagne a décidé le 7 juin 2018 de reverser à la commune de Thuret ce temps du mercredi après-midi dont elle avait jusqu’alors la charge, et de prendre pour les 24 autres communes celle d’organiser l’accueil de loisirs du mercredi journée ou après-midi pour notamment St Clément de Régnat et St Agoulin qui conservent la semaine de 4,5 jours.

Equité ??? Pas certain ! même si on peut ainsi maîtriser les coûts aux familles. Quel est le message envoyé par l’intercommunalité ? Comment est-il reçu ?

Le centre de loisirs de Thuret ne sera donc pas ouvert les mercredis matin, mais uniquement à partir de 11h30, après la classe, en périscolaire.

Pour les élèves fréquentant l’école de Thuret un tarif, discuté en comité de pilotage du 3 juillet (avec CAF, représentants des parents, élus, responsables du centre de loisirs), sera voté en conseil municipal du 23 juillet puis communiqué aux parents avec le document de rentrée.

Un tarif « extérieurs » sera aussi proposé.

 

Mais tout cela, dans quel cadre règlementaire ? avec quelles aides de l’état via la CAF ? avec quel taux d’encadrement ?

Comment la DDCS qui valide ou non l’organisation des centres de loisirs, va faire pour séparer le contrat enfance jeunesse signé sur le territoire intercommunal et qui concerne les vacances et les mercredis, de celui de la commune de Thuret qui concerne l’accueil de loisirs en journée scolaire et du mercredi après-midi.

Or ce sont ces contrats mis en avant dans le plan mercredi du gouvernement qui conditionnent les aides financières.

Sans décret d’application prévu durant l’été, impossible de savoir combien le centre de loisirs va réellement coûter aux contribuables de la commune.

De nouveau !!! Comme l’an dernier !

 

Rappel

En 2017/2018, le centre de loisirs périscolaire (matin, midi, et soir des 36 semaines scolaires) de Thuret a coûté réellement 95 564 €.

Le financement de ces 95 564 €, qui ne comprend pas le coût des repas*, est réparti en

  • 12 % pour les familles, soit 11 338 € (ce sont les 1€30 ou 1€50 par heure enfant)
  • 33 % pour la CAF soit 31 860 €
  • 1 % pour la MSA soit 995 €
  • 10 % pour l’état pour les emplois aidés soit 9 390 €
  • 44 % pour la mairie soit 41 980 €

 

* L’élaboration des repas est facturé par la maison familiale à la mairie, 3€70 en 2017/2018 pour un total sur l’année scolaire 2017/2018 de 42 500 €. Les parents paient le cout du repas (3€70), plus pour les familles n’habitant pas la commune la part restante (le personnel, les flux… indispensables à ce temps de repas) diminué de la part prise en charge par leur commune de résidence. Certaines ne prennent rien en charge; ce sont donc les parents qui paient la totalité du coût repas + personnel… soit 6€83 en 2017/2018.


Lire le plan mercredi proposé par le gouvernement : http://www.education.gouv.fr/cid131930/plan-mercredi-une-ambition-educative-pour-tous-les-enfants.html

Télécharger le plan mercredi : http://cache.media.education.gouv.fr/file/06_-_Juin/04/4/DP-plan-mercredi_19-06_970044.pdf


 

Un film réalisé par les enfants de l’accueil périscolaire – Vendredi 29 juin 18h30

EVENEMENT

expo tap

Vendredi 29 juin à 18h30 – salle des fêtes de THURET

Les enfants et l’équipe d’animation sont heureux de vous inviter à découvrir leur film produit et mis en scène par vos enfants

 

 

Nous terminerons la soirée par un pot convivial.

SURPRISES ET RIRES GARANTIS !!!

 

Et maintenant, le film

 

 

 

 

 

Organisation des temps périscolaires pour l’année 2018-2019. Le point à 3 semaines de la fin de l’année.

En semaine de 4,5 jours d’école, l’organisation reste la même

Les conseils municipal et d’école de Thuret, après tout le travail de réflexion nécessaire, ont conjointement décidé de ne pas demander de dérogation à l’Inspection Académique sur l’organisation de la semaine scolaire.

L’école fonctionnera comme cette année, en semaine de 4,5 jours (dont le mercredi matin), sur les mêmes horaires : du lundi au vendredi 8h30 – 11h30 ; les lundis, jeudis et vendredis 13h30 -15h30 ; et 13h30 – 16h30 les mardis pour permettre l’organisation de la natation sous réserve que l’organisation de la piscine de Gannat, suremployée, ne change pas.

Les « TAP », organisés par le centre de loisirs périscolaire communal (ALSH périscolaire), gratuits et ouverts à tous les élèves de l’école, auront lieu aux mêmes jours et heures, soient les lundis, jeudis et vendredis de 15h30 à 16h30.

Les autres temps périscolaires ne changeront pas non plus : le matin de 7h30 à 8h20, pause méridienne et repas de 11h30 à 13h20, et après l’école de 16h30 à 18h30, dans les mêmes conditions qu’actuellement.

Des modifications que nous espérons marginales pourront être apportées d’ici la fin de l’année scolaire où sera publiée l’information aux parents pour la rentrée.

Le budget communal a supporté cette année scolaire, quasi en totalité le surcoût de la perte des quatre emplois aidés que nous avions jusqu’à l’été 2017, et supprimés par le gouvernement en août 2017 bien que nous répondions en totalité aux exigences de formation que ce type de contrat demandait. Nous avons pu faire valoir la nécessité d’emplois aidés pour deux postes sur six mois non reconductibles, avec une aide moindre de l’état (50 % au lieu de 70 %).

Cette année, tous les services ont été impactés par ce manque d’aide de l’état : un animateur en moins ; plus d’agent maternel en classe de MS – GS ; pas de remplacement d’un agent technique à temps partiel parti en retraite ; remplacement tardif d’un agent technique muté dans une autre collectivité ; pas d’augmentation de temps de gestion administrative pourtant indispensable…

Pour la rentrée, bien que les conditions budgétaires n’évoluent pas, nous ajouterons au maximum un mi-temps scolaire d’agent maternel (soient 2 à 3h par jour), qui ne pourra probablement pas être un emploi aidé; mais nous tenterons malgré tout d’obtenir cette possibilité, en préservant en premier l’intérêt des élèves.

 

Et les mercredis ?

Trois écoles de la communauté de communes continueront à fonctionner comme le demande la loi, en 4,5 jours : Saint Agoulin, Saint Clément de Régnat et Thuret.

Toutes les autres communes avec école ont demandé une dérogation pour passer à la semaine de quatre jours. La communauté de communes s’étant préalablement engagée à créer en remplacement du mercredi matin « libéré », un nouveau temps d’accueil en centre de loisirs.

La communauté de communes est l’organisatrice des ALSH extrascolaires (les vacances scolaires). En 2018-2019, la communauté de communes sera aussi l’organisatrice des centres de loisirs des mercredis des 36 semaines d’école.

Le conseil communautaire du jeudi 7 juin a décidé de ne pas ouvrir le centre de loisirs de Thuret les mercredis et de reverser l’organisation des mercredis après-midi à la commune de Thuret, car l’après-midi est du périscolaire (le matin, il y a école)*. Avec un cloisonnement pour les inscriptions : enfant en semaine de quatre jours dans les centres intercommunaux (ALSH extrascolaires), enfant en semaine de 4,5 jours dans le seul centre communal ouvert le mercredi après-midi, Thuret (ALSH périscolaire). A moins que cette nouvelle complexité ingérable (fratrie…) soit assouplie par la communauté de communes…

Le centre de loisirs de Thuret fonctionnera donc les mercredis après-midi (avec ou sans repas), exactement comme cette année, mais sous organisation communale (ALSH périscolaire).

Le comité de pilotage de juin proposera des tarifs du mercredi qui pourraient être les mêmes que ceux pratiqués actuellement et étudiera les tarifs pour les enfants extérieurs non inscrits à l’école.

 

La communauté de communes, organisatrice des centres de loisirs pendant les vacances (ALSH extrascolaires), communiquera prochainement sur cette organisation pour l’année scolaire 2018-2019 qu’elle veut homogène et identique partout sur son territoire, sur les coûts qui augmentent pour les habitants de l’ancienne Nord Limagne, notamment pour les plus faibles revenus, et diminuent pour d’autres, les horaires et dates d’ouverture qui peuvent bouger, le transport qui pourrait être supprimé autour de Maringues, l’ALSH de Randan qui devient intercommunal…

 

* cette année scolaire 2017-2018 qui se termine, la communauté de communes organisait sur tout son territoire les centres de loisirs du mercredi après-midi sous régime dérogatoire.

 

Vous avez des questions, des remarques,

Réunion de réflexion sur l’organisation de la semaine scolaire pour l’année prochaine – LUNDI 12 mars 20h salle des fêtes

La mairie propose une réunion de réflexion sur l’organisation de la semaine scolaire

Lundi 12 mars 2018 de 20h à 21h30

salle des fêtes

ouverte à tous, parents d’élèves, élus, enseignants, animateurs, partenaires…

Il s’agit de réfléchir collectivement sur ce que l’on veut pour les enfants, ce que l’on peut faire, avec toutes les envies, toutes les contraintes, et la réglementation.

Dans le cas d’un changement d’organisation scolaire (passage de 4,5 jours de classe, loi actuelle, à 4 jours par exemple), il faut que les conseils municipaux et d’école soient demandeurs conjointement de la même dérogation, et ce avant le 3 avril 2018 pour que l’inspection académique puisse prendre en compte notre demande.

Sans demande de dérogation, ou en cas de demandes divergentes, l’organisation de la semaine scolaire actuelle serait poursuivie jusqu’au terme de la convention signée par la commune, l’état, l’inspection académique et la CAF, c’est à dire jusqu’en fin d’année scolaire prochaine, 2018-2019. Sauf bien sûr changement de loi ou arrêt des financements d’état et de la CAF !

 

Pierre LYAN